Chine : les filières porcine et bovine ne repartent pas les mains vides

|

En visite d’Etat en Chine du 8 janvier au 10 janvier 2018, le président Emmanuel Macron ne revient pas les mains vides. La filière porcine a obtenu l’agrément d’un abattoir supplémentaire et la filière bovine va se voir ouvrir le marché chinois d’ici à 6 mois.

lors de la visite d'Etat en Chine du président Macron, Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture et de l'alimentation était accompagné de Guillaume Roué, président d'Inaporc, de Dominique Langlois, président d'Interbev et également de Maxence Bigard
lors de la visite d'Etat en Chine du président Macron, Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture et de l'alimentation était accompagné de Guillaume Roué, président d'Inaporc, de Dominique Langlois, président d'Interbev et également de Maxence Bigard

Accompagné depuis le 8 janvier par  le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert, ainsi que par plusieurs représentants du secteur agroalimentaire, le président de la République Emmanuel Macron ne repart pas les mains vides au terme de sa visite d’Etat en Chine qui s’achève ce mercredi 10 janvier 2018.

Un nouvel agrément pour Bigard

Représentée par Guillaume Roué, président d’Inaporc, la filière porcine a obtenu un agrément supplémentaire. Il concerne l’abattoir Bigard de Saint-Pol sur Ternoise implanté dans le Nord-Pas de Calais. Depuis décembre 2015, 4 établissements attendaient de recevoir le feu vert des autorités sanitaires chinoises. Outre l’abattoir Bigard, figuraient sur la liste  le site de Tradival à Lapalisse dans l’Allier, l’abattoir de SPM dans l’Aveyron et celui des Crêts dans l’Ain.  « Nous sommes satisfaits mais nous espérions obtenir l’agrément des quatre sites industriels. Nous allons essayer de poursuivre les tractations », glisse un proche du dossier.

Avec ce nouvel agrément, la filière porcine française dispose désormais de 15 abattoirs autorisés à exporter de la viande de porc vers la Chine. Depuis 2016, le pays représente la première destination à l’export de la filière porcine française. En 2017, près de 109 000 tonnes y ont été expédiées.

Pour la filière bovine en grande difficulté, la situation est différente mais les attentes à l’égard du marché chinois sont également très fortes. Avec 1,1 M de tonnes importées tous les ans, la Chine s’affirme en effet comme le deuxième importateur mondial de viande bovine. Des importations qui proviennent essentiellement de l’Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) et également des pays d’Amérique du sud (Brésil Uruguay).

Des procédures longues et complexes simplifiées pour la filière bovine

En mars 2017, les autorités chinoises ont levé l’embargo à l’égard de la viande bovine française. Mais avant que la filière puisse exporter, l’administration chinoise (AQSIQ pour Administration for quality supervision, inspection and quarantine) doit inspecter tous les maillons de la filière française en vue de la définition d’un protocole sanitaire. Une fois celui-ci établi, les agréments sont alors délivrés établissement par établissement par le CNCA, l’administration nationale chinoise pour la certification et l’accréditation. Des démarches complexes et longues (au moins 18 mois) qui vont donc être simplifiées. Dans un communiqué publié mardi 9 janvier, Interbev, l’interprofession du bétail et de la viande s’est en effet félicitée de la signature d’un accord prévoyant l’ouverture du marché chinois à la filière bovine française dans les six mois. 

Le secteur laitier et les vins en prospection

D’autres secteurs agroalimentaires étaient représentés à l’occasion de cette visite d’Etat, notamment le vin à travers la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux présidée par Antoine Leccia ou encore le secteur laitier. Mais en pleine crise Lactalis, il ne fut sans doute pas aisé à Jorge Boucas, directeur général de la coopérative laitière Sodiaal ou Gilles Falch’un, président du groupe Sill-Laiterie qui étaient du voyage de vanter le savoir-faire français ou d’avancer comme atout de la filière la sécurité sanitaire…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter