Chip Strips : 19 cm et de grosses ambitions

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les chips ultra-plates et ultra-longues Chip Strips de la marque anglaise Cooke's font sensation au rayon des chips. La société Mister Cookes’s Kitchen prévoit d'installer une usine en France.

La nouvelle gamme de chips ultra-plates de la marque Cooke's propose dix saveurs au lancement.
La nouvelle gamme de chips ultra-plates de la marque Cooke's propose dix saveurs au lancement.© chip strips

Créées par Bryan Cooke, un ancien cuisinier de sa majesté la Reine d’Angleterre, les Chip Strips, longues de 19 cm et au format extra-plat font fantasmer la grande distribution, en mal de nouveautés dans le rayon. En moins d’un an, le produit a été référencé dans les réseaux Carrefour, Auchan, dans les supermarchés Match et chez Système U. Et s’est vu récompenser par des trophées de l’innovation chez Auchan, Match et Système U. A tel point que la création de la filiale Française, en octobre 2015, a précédé le lancement du produit au Royaume-Uni, en novembre 2015, par la société mère basée à Manchester. Vendu 1€ (prix conseillé), la chips est déclinée en 10 parfums et son packaging coloré, très reconnaissable, est positionné à la verticale dans le rayon snack apéritif juste à côté des Pringles.

Un projet de création d’une usine en France

"Nous avons apporté quelque chose de nouveau avec une bonne marge pour la distribution", lance Perry Bussier, le directeur général France et associé, qui se réjouit du succès de son produit, notamment sur les 15-35 ans, avec un cœur de cible 15-25 ans. "Aujourd’hui notre difficulté est de gérer la croissance", considère Perry Bussier qui a constitué une équipe commerciale de 8 personnes et prévoit un chiffre d’affaires de 1,5 à 2 M€ pour son premier exercice. Avec en perspective la création d’une usine pour rapatrier la production en France. Pour développer ses ventes, il prévoit déjà de lancer de nouveaux concepts dans l’univers du snacking. Autre levier de croissance, l’export dans les pays non anglophones, géré depuis la France. "Nous avons déjà démarré l’export au Portugal, à l’Ile Maurice et nous allons démarrer les Antilles", indique Perry Bussier qui vise dans un second temps l’Italie, l'Espagne et le Benelux. "Notre objectif est d’avoir une part à l’export aussi importante qu’en France" reprend Perry Bussier. Et ainsi éviter d’être trop dépendant de la grande distribution française. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA