Chronodrive ferme ses deux drives de Mulhouse

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

A notre connaissance, c’est la première fois que ce pure-player du drive, filiale du groupe Auchan, ferme des drives. Mais c’est logique car avec la montée en puissance du parc les enseignes commencent à faire des arbitrages.

Chronodrive Mulhouse

«Votre magasin fermera définitivement ses portes le 23 novembre», pour le Chronodrive de Mulhouse Bâle et «Votre magasin ne rouvrira malheureusement pas ses portes», pour celui de Wintenheim : c’est par ces messages lapidaire que Chronodrive informe sur son site qu’il va quitter Mulhouse et le Haut-Rhin en fermant les deux sites où il était présent. La nouvelle relevée par le bloggeur Olivier Dauvers n’est pas vraiment une surprise. Avec un parc total de près de 2800 drives aujourd’hui, selon notre base de données LSA Expert, il est logique que les premières fermetures s’opèrent. D’autant qu’un certain nombre d’ouvertures de drives ont été réalisées de manière très empiriques sur des emplacements peu ou mal adaptés, ce qui semble être le cas à Mulhouse.

Ces ajustements n’empêchent d’ailleurs pas Chronodrive de poursuivre son développement puisque quatre magasins doivent ouvrir prochainement: Bondues (59) dans l’agglomération de Lille, un fief de l’enseigne puisque ce sera sa 9ème unité dans cette zone, mais aussi Manom en Moselle (57), Bayonne (64) et Mittelhausbergen dans le Bas-Rhin, trois nouveaux départements pour Chronodrive. Une fois ces 4 unités ouvertes et les deux magasins de Mulhouse fermés, l’enseigne comptera 70 unités si l’on en croit son site internet.

Témoignage lors de la conférence LSA du 13/11

Jean-Philippe Grabowski, directeur général de Chronodrive, évoquera certainement ces ajustements nécessaires demain, mercredi 13 novembre lors de son intervention à la conférence drive de LSA organisée à Paris, au pavillon d’Armenonville (programme et inscriptions en cliquant sur ce lien). Déjà dans une interview commune avec Vincent Mignot, DG d’Auchan France et patron des Auchandrive, publiée début septembre dans LSA les deux responsables n’ont pas caché qu’ «avec 2 500 drives de France (à l’époque, NDLR), il va y avoir des secousses». Auchan reconnaissant sans fard, dans cette même interview, qu’il lui était arrivé de fermer des sites. En attendant, les deux filiales d’Auchan qui les premières ont inventé et développé ce format (1999 pour Auchan, 2004 pour Chronodrive) font figure de champions du secteur, à égalité avec Leclerc certes, mais avec la spécificité de s’appuyer uniquement sur des drives accolés et solos, les plus rentables aujourd’hui selon les experts. La branche drive du groupe vise 1,07 milliard d’euros de CA en 2013 pour 160 magasins à la fin de l’année, dont 470 millions d’euros pour Chronodrive avec un peu plus de 70 unités. Surtout, les deux enseignes se voient bien à 250 unités, voire 300 unités d’ici à 5 ans. On est donc loin du reflux que pourraient imaginer quelques observateurs non avertis face à l’annonce de ces deux fermetures.

1 commentaire

CPO

17/11/2013 13h05 - CPO

Non ça n'est pas les premiers à fermer chez Chronodrive, Halluin (Nord) fût le premier il y a environ 6 mois.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA