Chutes de neige : les distributeurs franciliens limitent les ruptures

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les équipes supply chain des enseignes sont sur le pont depuis le début de la semaine pour adapter les plans de transports face aux chutes de neige et limiter les ruptures en magasins. Mais pour les syndicats du transport, l'Union TLF et la FNTR, ces intempéries ont causé une perte par jour de 60 millions d’euros.

Camion neige
Camion neige© FatCamera

Si la neige en Ile-de-France fait la joie des enfants, elle provoque en revanche à chaque fois un chaos dans les transports, de personnes et de marchandises. Et dès les annonces d’épisodes neigeux, les directions supply chain des enseignes se sont mobilisées pour connaître l’état des stocks et anticiper les potentiels problèmes et les ruptures massives ont été évitées. "Toutes nos équipes logistiques sont mobilisées depuis le début de la semaine pour faire face aux intempéries de neige, indique-t-on chez Carrefour. Côté hyper, tous les magasins d'Ile de France ont été livrés jeudi sur la totalité des secteurs (frais et sec) et l'ensemble des équipes magasins se mobilisent pour un remplissage des rayons optimal. Côté supermarchés et magasins de proximité, une partie de nos magasins franciliens sont également approvisionnés jeudi après-midi, en épicerie et produits frais."

Même son de cloche chez Monoprix qui a dû faire preuve d’agilité dans ses transports. "La neige a fortement perturbé les transports en camions sur de nombreuses plages horaires, détaille un porte-parole. Ceci a nécessité une adaptation rapide et constante de nos équipes Logistique, Supply et des magasins. Nous avons réussi à réceptionner tous les produits de la part de nos fournisseurs qui eux aussi étaient bloqués. Nous avons priorisé 77 magasins qui sont approvisionnés par 3 réseaux distincts. Chacun a été livré ce matin. Seul manque à l’appel à date : le poisson et les huîtres qui sont arrivés par une navette trop tardive…"

Autre conséquence de ces chutes de neige, l’enseigne urbaine du groupe Casino a également dû faire face à une montée des demandes de livraison et a dû intensifier sa flotte de camionnettes et livreurs pour assurer le service.

Manque à gagner de 60 millions d’euros par jour selon les syndicats

In fine, les enseignes contactées démontrent que l’épisode neigeux a certes désorganisé tous les plans de transports, mais l’anticipation a permis de limiter les dégâts. Toutefois, les syndicats du transport, l'Union TLF et la FNTR ont, eux, regretté un manque de coordination des pouvoirs publics. "Il y a la nécessité absolue de mieux gérer les épisodes neigeux pour le secteur du TRM, et toute l’économie française. Les intempéries de 2013 n’ont manifestement pas servi de leçon et laissent les entreprises de transport et leurs conducteurs, immobilisés, sans aucun soutien" déclarent Yves Fargues, président de l’Union TLF et Jean-Christophe Pic, président FNTR.

Dans un communiqué commun, les deux syndicats ont souligné par exemple des annonces d’interdiction de circulation non suivies par la publication rapide des arrêtés entrainant pour les camions un empêchement de repartir alors que les autorisations sont annoncées. Et tout camion immobilisé représente de l’argent perdu… D’ailleurs ce même communiqué, les deux organisations ont estimé le coût de la paralysie du secteur du Transport Routier de Marchandises (TRM) à 60 millions d’euros par jour, sachant qu'environ 250 000 camions circulent chaque jour en Île-de-France (français et étrangers).

Mais au-delà de l'approvisionnement des magasins, la fréquentation des commerces a connu un coût d'arrêt. Par exemple, Auchan a enregistré sur les journées du mardi 6 et mercredi 7 février une chute 40% de son trafic client à Plaisir. Un taux qui monte à 55% sur le l'hypermarché de Vélizy. Et sur ce même magasin, le chiffre d'affaires s'est écroulé de 59% et l'enseigne a décidé de fermer le point de vente jusqu'à demain, samedi 10 février, l'annonçant ce jour sur Facebook à ses clients. Même si le mois de février compte 28 jours cette année, il sera difficile de rattraper ces résultats.

Impact des intempéries en GMS : un manque à gagner certain. Ce mercredi certains hypermarchés et supermarchés d'Ile-de-France restés ouverts ont vu leur chiffre d'affaires se réduire jusqu'à -60% ! #PGC #retail #neige pic.twitter.com/0HfKb4VyWs

Les chiffres clés du TRM (source FNTR)

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA