Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Cidre Le Brun élabore un nectar millésimé

|

Dossier CATÉGORIE boissons alcoolisées La cidrerie Le Brun a mis trois ans pour mettre au point un nectar haut de gamme. Un pari quivise à valoriser la catégorie, en misant sur l’appropriation des codes du vin.

Peau de Chien, Marie Ménard, Douce Coëtligné, etc. Ce sont les noms assez poétiques des variétés des pommes qui entrent dans la composition du nouveau nectar de la cidrerie Le Brun. Des variétés qui, à la manière des cépages d’un vin d’appellation, garantissent l’harmonie organoleptique de cette boisson titrant 7°. Baptisé Or & Ange, ce cidre vise à valoriser une catégorie qui ne l’est guère. « Le prix moyen du cidre ne dépasse pas les 2€, calcule Dominique Le Brun, patron de cette cidrerie bretonne. J’ai souhaité élaborer une boisson plus haut de gamme pour offrir de la diversité, comme il en existe au rayon vin.»

Le prix moyen du cidre ne dépasse pas les 2€. J’ai souhaité élaborer une boisson plus haut de gamme pour offrir de la diversité, comme il en existe au rayon vin.

 Dominique Le Brun, patron de la PME Cidre Le Brun

Dans les règles de l’art

L’idée lui est venue voici trois ans. Le temps de définir le bon assemblage et le bon procédé, la production a commencé cet automne pour un lancement début décembre. Outre des variétés minutieusement choisies, les pommes sont ramassées à la main, dont la plupart sur le verger de la cidrerie. Elles sont conservées trois semaines. Pendant ce temps, les fruits se déshydratent un peu, ce qui concentre les arômes. Puis ils sont broyés, et leur pulpe subit une nouvelle période de repos, cette fois-ci pour arrondir le côté astringent qu’ont certains cidres. Le pur jus est ensuite extrait et mis en cuve de fermentation pour une prise de mousse naturelle. La fermentation dure six mois contre trois semaines pour un cidre générique. Vous l’aurez compris : ce cidre, s’il reste industriel, est fabriqué dans les règles de l’art, celles qu’un paysan breton ne renierait pas.

 

Percevoir la différence

Se pose alors une question : comment le consommateur ferat- il la différence quand il le verra en magasin? D’autant que son prix conseillé (5,95 €) est plus élevé que la moyenne du marché. Par l’emballage. Or & Ange est conditionné dans des bouteilles champenoises, closes par un bouchon en liège et un muselet. « Elles sont transparentes pour voir la couleur ambrée du produit », détaille Dominique Le Brun. Et puis, le millésime, un autre clin d’oeil au vin, est inscrit sur l’étiquette transparente, ce qui est inédit sur ce marché. La cidrerie Le Brun, rare PME intermédiaire du secteur (5,5 M€ de CA, 50 salariés), ne produit que des cidres pur jus (sans ajout d’eau). Un choix stratégique qui lui vaut d’élaborer les cidres de certaines enseignes comme Itinéraire des saveurs (Intermarché) ou Reflets de France (Carrefour).

1 commentaire

perret aline

28/01/2017 20h21 - perret aline

bravo pour ce cidre haut de gamme. très agréable à boire, peu d'amertume, accompagne un repas sans problème, avec moins d'alcool qu'un vin l!!!! malgré le prix, élevé pour un cidre, une réussite. la bouteille: très belle sur la table!!!!!! avec le millésime!!!! le cidre sort de son rôle de boisson "pauvre", et se hisse au sommet..... M A Perret.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA