Cinq choses à savoir sur les consommateurs de cosmétiques bio

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Contrairement aux idées reçues, les consommateurs de cosmétiques bio ne sont pas des "accros" du bio. Leur profil est étonnement atypique.

Un Français sur trois achètent des cosmétiques bio.
Un Français sur trois achètent des cosmétiques bio. © Fotolia - Igor Link

1. Les Français sont des acheteurs occasionnels de cosmétiques bio

Un Français sur trois achète des cosmétiques bio. "Leur achat reste cependant occasionnel dans la très grande majorité des cas, une à deux fois l’an et moins de trois unités en moyenne achetées sur l’ensemble de l’année. Il est complémentaire du reste des achats d’hygiène-beauté", déclare Stéphanie Poupinneau, responsable compte-clef chez Kantar Worldpanel. D’ailleurs parmi les trois raisons qui déclenchent l’achat d’un cosmétique bio, il y a la promotion sur le lieu de vente.

2. Les "bio-addicts" sont très minoritaires

Le profil des consommateurs de cosmétiques bio est étonnement atypique en termes de revenus. Les jeunes achètent un peu moins de produits bio que leurs aînés. "Les "accros du bio', eux, ne représentent au final qu’une très faible part des ventes", explique Stéphanie Poupinneau.

3. Les consommateurs achètent leurs cosmétiques dans différents circuits de distribution

Selon l'Observatoire des cosmétiques, les Français mixent les circuits de distribution pour leurs achats même si les magasins spécialisés restent le réseau majoritaire (66% des personnes interrogées). Viennent ensuite les pharmacies et parapharmacies (55%), la vente en ligne (47%) puis les grandes surfaces (37%).

4. Les jeunes parents sont plus sensibles au discours bio

L’arrivée d’un enfant reste l'une des premières raisons citées comme déclencheur d’achat d’un cosmétique bio, selon Cosmébio. Pour leur progéniture, rien n’est trop bio.

5. Les Français veulent du glamour même dans le bio

Certes, l’efficacité des produits est importante comme dans les autres pays, mais en France, la dimension "plaisir" est particulièrement attendue par les consommateurs. "Les Françaises aiment le côté glamour des produits. Par exemple, pour les Allemandes, cette dimension est bien moins essentielle. Elles s’intéressent plus à la performance du soin", constate Françoise Kessler, directrice commerciale produits cosmétiques de Weleda France.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA