Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Cinq clés pour se différencier au rayon vin

|

Se démarquer des concurrents, cela sans publicité à cause de la loi Evin. Tel est le challenge des caves et autres coopératives pour exister dans un rayon important – il pèse 3,7 milliards d’euros – mais demeure l’un des plus encombrés de la grande distribution. LSA a déniché cinq initiatives qui peuvent tout changer et faire en sorte que les consommateurs portent un regard neuf sur une petite appellation ou une marque de vin. Découvrez en plus dans notre prochain hors-série consacré à l’univers des boissons qui sort le 13 juin prochain.

Hubert de Boüard et Philippe Laquèche (PDG de Yvon Mau) ont imaginé le vin Révélations
Hubert de Boüard et Philippe Laquèche (PDG de Yvon Mau) ont imaginé le vin Révélations

Le "sans souffre" pour les adeptes du naturel

Les vins naturels? Les consommateurs qui les apprécient sont de plus en plus nombreux. Et, les vins "sans souffre ajouté" font partie de la catégorie des vins naturels qui compte également les nectars bios, élevés en biodynamie, etc. Le "sans souffre ajouté" est une notion facile à comprendre – le souffre est souvent accusé de donner des maux de tête -  mais qui reste un défi technique: "Avant l’embouteillage, on l’a surveillé comme le lait sur le feu", explique David Bidegaray, directeur marketing des Vignerons de Buzet qui lance la marque "Sans" en restauration et prépare une autre marque "sans souffre" pour la GMS,  à découvrir à l’automne. Le souffre  est encore largement utilisé en viticulture car il protège le vin des effets dévastateurs de l’oxygène sur les arômes. En grande distribution, peu de vins affichent la mention "sans souffre ajouté". Quelques châteaux bordelais l’annoncent timidement (sur la contre-étiquette). La marque Naturaé du languedocien Gérard Bertrand a fait son apparition en 2012. Cette gamme s’est élargie cette année avec un rosé.

La signature chic d’un consultant

Stéphane Derenoncourt, Hubert de Bouärd (copropriétaire du prestigieux saint-émilion Château Angelus)… Les consultants-œnologues sont un peu les stars du vignoble et des médias relatifs au vin. La tendance? Ils offrent leur caution aux maisons de négoce en signant des marques qui portent leur nom (Révélations par Hubert de Bouärd, commercialisé par Yvon Mau) ou en allant expliquer la typicité des nectars qu’ils ont créé chez les clients (Stéphane Derenoncourt pour Les Parcelles, Maison Bouey). Des initiatives qui plaisent aux acheteurs de la grande distribution ainsi qu’aux médias qui en font l’écho plus facilement que d’un vin lambda. Ainsi, le succès commercial est quasi assuré: les ventes de la marque Parcelles ont doublé en deux ans, à 450.000 cols sur le dernier millésime.

Devenir organisateur de soirées

Quatre fois par an, Jaillance se fait organisateur de soirées branchées où l’on ne sert que des vins signés… Jaillance. A Paris, car cette marque phare de l’appellation Clairette de Die cherche à convaincre les Parisiens que son vin effervescent vaut bien un champagne, cela pour quelques euros de moins. "Paris est encore très champagne", précise-t-on chez Jaillance. La marque est aussi partenaire de la fête des voisins (le 31 mai, en 2013). Une fête au cours de laquelle des étudiants missionnés par Jaillance distribuent 7.000 bouteilles, des serviettes et des verres arborant le logo de la marque.

Une PLV originale… sans être chère

Ecologique, réutilisable et peu couteux. Voici les avantages des nouveaux box qu’installent Les Vignerons de Tutiac – la plus grande coopérative viticole d’Aquitaine – dans les magasins. Sa structure est composée de morceaux de palettes et les côtés accueillent des photos plastifiées. Outre d’être original et bien visible, ce box multiplie les « plus » par rapport à un box classique: "Il est solide, peu onéreux (40 euros contre 80 euros environ pour un box classique) et, cerise sur le gâteau, il est réutilisable", détaille Lydia Héraud, responsable marketing des Vignerons de Tutiac. Ce box contient 176 bouteilles, soit l’équivalent d’un quart de palette.

La dégustation pendant les vacances

Si vous allez sur le Pic du Midi cet été, il se peut que vous ayez l’occasion de déguster des Madiran. Cette petite appellation du Sud-Ouest compte doper sa notoriété avec des opérations de dégustations dans les lieux touristiques des Pyrénées (Pic du Midi, Pont d’Espagne, Cirque de Gavarny) pendant l’été. L’hiver, pendant les vacances de février, ces dégustations auront lieu dans sept stations de ski. Elles sont animées par des vignerons formés à la présentation didactique de leurs vins.

 

                   

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message