Coca-Cola investit dans le PET recyclé

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La filiale française du géant des colas vient de nouer une coentreprise avec le leader français du recyclage de bouteilles en plastique, Appe. Une manière d'assurer ses approvisionnements pour ce matériau rare.

coca cola france

Pour les acteurs des boissons non alcoolisées, grands utilisateurs de bouteilles en plastique PET, l'emballage est un enjeu de développement durable crucial. Pour le moment, le PET recyclé, ou R-PET, a la cote, en attendant que de nouvelles générations de PET, d'origine végétale et non pétrolière, voient le jour. Las, en France, le R-PET est une denrée rare et donc plus chère que le PET classique. La faute à un taux de collecte bas (50% des bouteilles consommées), inférieur à la moyenne européenne (80% en Belgique, par exemple). Alors, pour pallier ce manque, Coca-Cola Entreprise (CCE) a noué une coentreprise avec son fournisseur historique, Appe, qui détiendra 51% de l'ensemble.

 

« Objectif environnemental »

Appe, filiale du groupe espagnol La Seda de Barcelona, possède, en effet, l'une des trois usines hexagonales de recyclage de bouteilles en plastique, à Sainte-Marie-la-Blanche (Côte-d'Or). « L'utilisation de matériaux recyclés est l'une des clés pour atteindre notre objectif environnemental. Notre feuille de route, écrite en 2007, nous engage à réduire d'un tiers notre empreinte carbone d'ici à 2020 », explique Arnaud Rolland, responsable RSE chez CCE France. Or, l'emballage représente 48% de l'empreinte carbone d'une bouteille, explique Coca-Cola Entreprise. En incorporant 25% de R-PET, cette empreinte est moins forte : pour 100 millilitres de soda, elle est tombée à 35 grammes de CO2, soit une réduction de 10% entre 2007 et 2012.

Si la coentreprise Coca-Appe n'a pas encore de nom, le premier investissement est déjà programmé. Le leader des colas va injecter 6,5 millions d'euros et Appe 2,2 millions d'euros dans une nouvelle ligne de production. Actuellement, l'usine de Sainte-Marie-la-Blanche produit 28 000 tonnes de R-PET apte au contact alimentaire. Suite à l'extension du site, la capacité de production grimpera de 70%, à 48 000 tonnes. Une partie de l'enveloppe de 8,7 millions d'euros servira toutefois au lancement d'un programme commun de recherche et d'innovation dans de nouvelles techniques de recyclage.

La création d'une coentreprise entre un acteur des boissons et un autre de l'emballage est une première en France. Mais pas en Royaume-Uni, où Coca-Cola UK a déjà noué en mars 2011 un accord similaire avec le leader britannique du recyclage des bouteilles, Eco Plastics.

Cette coentreprise va nous aider à respecter notre engagement en matière de réduction de notre empreinte carbone, car, dans notre industrie, l'emballage en représente la moitié.

ARNAUD ROLLAND, responsable RSE de Coca-Cola Entreprise

Green Bottle

De leur côté, les autres utilisateurs de R-PET affûtent leurs armes. Ainsi, le groupe Danone cofinance la recherche d'une start-up néerlandaise, Avantium, en matière de PET biosourcé. « Un bio PET issu de végétaux qui n'entrent pas en compétition avec l'alimentation », explique Tom van Aken, président d'Avantium. PepsiCo avance lui aussi sur sa Green Bottle, une bouteille dont le plastique sera notamment issu des écorces des oranges servant à produire Tropicana. La bouteille verte est en chemin. C'est maintenant à qui annoncera l'avancée la plus notable dans ce domaine de l'emballage auquel les clients sont de plus en plus sensibles. Même s'ils ne trient pas encore très efficacement.

Appe en bref

  • Filiale du groupe espagnol La Seda de Barcelona (fabrication de préformes, bouteilles et récipients en PET)
  • Six usines de recyclage de récipients en PET en Europe : France, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Espagne et Maroc
  • 481 M€ de chiffre d'affaires en 2011
  • 20 000 tonnes de PET recyclé : capacité actuelle de production du site français de Sainte-Marie-la-Blanche (21)

Source : Appe

Les enjeux pour Coca-Cola

  • Garantir ses approvisionnements en PET recyclé (R-PET).
  • Réussir ses engagements en matière de développement durable, soit réduire d'un tiers son empreinte carbone entre 2007 et 2020. Les emballages représentent la moitié des émissions de CO2.
  • Lancer un programme de R et D dans les nouvelles techniques de pointe en matière de recyclage.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2245

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA