Cofinoga et Accord font leur marché

|

Habituées à des stratégies endogènes, les deux sociétés de crédit misent sur la croissance externe, sur fond de concentration du marché.

Dès le début de l'année, la filiale des Galeries Lafayette avait donné le la : pour Cofinoga, 2004 serait placé sous le signe de la croissance externe. Après l'annonce d'un accord de partenariat avec CDGP, la filiale de crédit à la consommation de Quelle, Laser Cofinoga réitère. Cette fois en reprenant l'activité française de Capital One, grand groupe de crédit d'origine américaine qui totalise 70 milliards de dollars d'encours annuel, et réputé des plus performants en terme de stratégie clients. Dans le même temps, la société de services financiers détenue par Auchan, Accord, annonce sa proposition de reprise des activités de cartes bancaires et de prêts personnels de Egg.

Consolidation

La concomitance de ces deux opérations n'est pas un hasard. « Elles s'inscrivent dans un contexte de consolidation du secteur du crédit », souligne un expert. Une concentration qui a démarré avec le démantèlement des activités de crédit de Pinault-Printemps-Redoute. L'origine géographique, américaine pour Capital One, britannique pour Egg, ne relève pas non plus du hasard. Ces deux ventes sonnent en effet le glas des tentatives étrangères sur le marché français. « Il faut dire que celui-ci est restreint : en France, 60 % seulement de la population est accessible pour les établissements de crédit à la consommation », soupire Michel Philippin, directeur général de Laser Cofinoga. Après la sortie de Egg et de Capital One, il reste peu d'acteurs étrangers, mis à part un autre mastodonte... General Electric Capital Bank.

Pour les deux sociétés françaises, assises sur des bases financières solides, c'est le moyen de prendre des parts de marché. Laser, avec un produit net bancaire en hausse de 8,3 % au premier semestre 2004, à 424 millions d'euros, annonce encore « deux opérations » de ce type avant la fin de l'année. Accord, qui signe là sa première opération de croissance externe, va d'abord digérer son acquisition. Encore faut-il que cette proposition soit avalisée par le comité d'entreprise de Egg à la fin de cette semaine.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1878

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous