Colony relance les rumeurs sur Carrefour

|

Un courtier suisse a révélé aujourd'hui des propos du directeur général de Colony, qui confirment l'intérêt du fonds américain pour l'immobilier du groupe.


« Carrefour pourrait obtenir près de 30 milliards d'euros en cédant ses actifs immobiliers ou via l'émission de titres adossés à des créances hypothécaires. » Le propos est de Tom Barrack, directeur général de Colony Capital, le fonds américain qui, associé à Bernard Arnault, est entré récemment dans le capital de Carrefour. Il a été tenu le 26 mars dernier, mais n'a été révélé qu'aujourd'hui par un courtier suisse.
Il a suffi à relancer les spéculations sur le titre du groupe, dont le cours gagnait encore plus de 3 % et se rapproche des 60 €.

Il relance également les rumeurs sur les réelles intentions de Colony et du groupe Arnault, qui possèdent près de 10 % du capital de Carrefour et qui, en dépit, des déclarations officielles apaisantes, pourraient avoir l'intention de monter davantage.

Surtout, les 30 milliards évoqués par Tom Barrack sont nettement plus élevés que le montant annoncé par le groupe, qui estime son patrimoine immobilier entre 15 et 20 milliards d'euros. « Une valorisation aussi élevée implique davantage de risques pour Carrefour en tant que locataire », conclut une note d'UBS, la banque suisse qui a révélé l'information.
Francis Lecompte
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter