Comet s’éteint définitivement

|

Le distributeur britannique d'électroménager Comet, placé sous administration judiciaire début novembre et qui employait au total près de sept mille salariés, va fermer mardi ses derniers magasins faute de repreneur.

Comet logo

Les 49 derniers magasins Comet encore ouverts à travers le pays vont baisser leur rideau à la fin de la journée. Le cabinet Deloitte, nommé administrateur de Comet le 2 novembre, avait déjà fermé progressivement depuis sa nomination les autres magasins de l'entreprise, qui en comptait au total 235.

Cette faillite aura entraîné au total 6.895 suppressions d'emplois.

 

Seulement quatre offres

Deloitte, qui avait reçu quatre offres de reprise pour l'ensemble de l'entreprise fondée en 1933, a indiqué que ces offres avaient été retirées ou jugées non acceptables sur le plan financier. Le cabinet, qui envisage de céder l'activité de vente sur internet et la marque Comet, "reste en discussions avec un petit nombre de parties" intéressées, a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions.

Ancienne filiale du groupe Kesa --rebaptisé cet été Darty, du nom de sa marque française de distribution d'électroménager et d'informatique-- Comet avait été cédé en début d'année pour 2 livres symboliques à la société d'investissement OpCapita. Pénalisée par la concurrence des sites internet, Comet était un foyer de pertes pour Kesa.

Selon le rapport de Deloitte, Comet a creusé sa perte à 95,1 millions de livres (environ 117 millions d'euros) sur l'exercice achevé fin avril 2012 contre 31,7 millions un an plus tôt. Sur les cinq premiers mois de son exercice 2012/2013, sa perte s'est établie à 31 millions de livres.

 

Beaucoup de chaînes en crise au Royaume-Uni

De nombreuses chaînes ont fait récemment les frais de la crise au Royaume-Uni. Dernier en date, le groupe de magasins de sports JJB Sports a fermé 133 boutiques en octobre, entraînant la suppression de près de 2.200 emplois. La chaîne de magasins de disques HMV pourrait en être une nouvelle victime après avoir annoncé la semaine dernière qu'elle était en grande difficulté et qu'elle pourrait ne pas être en mesure de rembourser ses dettes en début d'année prochaine.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter