Comment Bezons veut intégrer le commerce en toute urbanité en 2020 et en 6 idées-clés !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Bezons dans le Val-d'Oise manquant cruellement de commerces, subit 80% d’évasion commerciale vers les grands pôles voisins, dont la Défense ou Carrefour-Montesson. La Ville a décidé de reprendre son destin commercial en main, en se dotant de la ZAC Cœur de Ville. En partenariat avec les promoteurs Altarea-Cogedim et Imestia qui installeront 20 000 m2 de commerces et loisirs en pied d’ilots urbains, d’ici à 2020. En plus de logements et de services publics constitutifs d’une nouvelle centralité urbaine.

Le projet de la ZAC Coeur de Ville conçu par Altarea-Cogedim et Imestia fera la part belle à la végétalisation puisque qu’il intégrera 17 000 m² d’espaces plantés. Et ses 20 000 m² commerce seront disposés en pied d’immeubles parmi les huit ilots constitutifs de cet ensemble mixte, intégrant des logements.
Le projet de la ZAC Coeur de Ville conçu par Altarea-Cogedim et Imestia fera la part belle à la végétalisation puisque qu’il intégrera 17 000 m² d’espaces plantés. Et ses 20 000 m² commerce seront disposés en pied d’immeubles parmi les huit ilots constitutifs de cet ensemble mixte, intégrant des logements.©Artefactory

En 2020, le centre-ville de Bezons dans le Val-d'Oise aura énormément gagné en urbanité. Quelle notion riche, quand on y songe, que ce mot d’urbanité définissant à la fois l’art de concevoir la ville et la vie en société ! Aux antipodes des projets commerciaux monolithiques, mono-usages et… monotones, Altarea-Cogedim et Imestia, les lauréats du concours lancé pour concevoir la ZAC Coeur de Ville de Bezons, dévoilent les lignes de leur projet ouvert, mixte et paysagé. Revue en 6 grands principes symptomatiques de ce que pourraît être l’immobilier commercial des années 2020.   


1) Cœur de ville

Encore une correspondance sémantique entre urbanisme et convivialité que cette notion de «cœur de ville » ! Or Bezons en est pour le moment quasi dépourvu. Le secteur retenu pour l’opération a effet pour épicentre le réaménagement de la place de la Grâce-de-Dieu. Et il se caractérise par son urbanisme hétéroclite, la présence de grandes emprises difficilement traversables. Et surtout une quasi mono-fonctionnalité sportive puisque deux stades occupant une grande partie des futurs espaces seront déplacés. Et cependant cette zone offre un beau potentiel foncier constitué par des terrains anciennement occupés par des activités industrielles. Du coup les promoteurs Altarea-Cogedim et Imestia, lauréats en 2014 du concours lancé par la ville de Bezons sont partenaires d’un plan d’aménagement de 65 000 m² au total au sein de la ZAC Coeur de Ville, portant sur une emprise totale d’environ 14 hectares. Ce projet sera réalisé en une seule phase. Après deux ans de conception, comprenant la signature de la promesse, l’obtention du permis de construire, les travaux débuteront au premier semestre 2018. Pour une livraison à l’horizon 2020.

2) Mixité

Une autre notion clé pour construire de la ville en même temps que de la vie sociale: la mixité des équipements. Voisine des berges de la Seine, l’opération Coeur de Ville permettra la création de 130 000 m² de surface de plancher, dont 60 % de logements (78 000 m²), 30 % de commerces (soit 20 000 m²) et 10 % d’équipements publics. Ce centre-ville accueillera 1 000 logements neufs, ménagera des rues commerçantes, intégrera un hypermarché et des équipements multiservices de proximité. Avec en prime une salle polyvalente, un groupe scolaire, un stade de football, une maison des sports. Et ce nouveau cœur de Bezons sera encore consolidé par l’implantation du nouvel Hôtel de ville. Le projet prévoit aussi la création d’un parking de 1 200 places environ dont l’usage sera mutualisé entre le pôle commercial (600 places) et l’ensemble des équipements de la ZAC.


3) Diversité architecturale

L’uniformisation architecturale est le plus grave écueil auquel doit échapper un projet intra-urbain ayant vocation à ramener la vie. En cette année où l’on «célèbre » l’architecte Le Corbusier aux desseins collectivistes parfois si planificateurs ! Pour satisfaire ce besoin si humain de variété l’opération bezonnaise a été confiée à un collectif d’architectes urbanistes. Le pôle commerce est confié à l’agence L35. L’équipe dédiée à la partie logement allie les agences Makan Rafatdjou, Archikubik et HGA. Résultat : les logements se déploieront en 8 îlots et 20 immeubles. Avec l’offre commerce en rez-de-chaussée. La taille et la hauteur variable des îlots, selon celle des édifices urbains avoisinant, contribueront à leur intégration naturelle. Rues et ruelles seront bordées de commerces, de services aux résidents, de restaurants et de loisirs.


4) Reconquête commerciale

Bezons doit impérativement doper son offre de commerces. «Nous subissons 80% d’évasion commerciale, confie Dominique Lesparre, son maire. Notamment vers le quartier de la Défense, les équipements de Houilles et Argenteuil, la Patte d'Oie d'Herblay ou le Carrefour de Montesson. On ne s’étonnera donc pas de l’adhésion de 82% de nos concitoyens au projet». Les quelque 28 000 Bezonnais vont donc se voir dotés d’environ 20 000 m2 de commerces et loisirs. Avec un hypermarché d’environ 3 500 m2 de surface de vente et 45 boutiques et kiosques. Cet ensemble se répartissant en 3 pôles : un pôle du quotidien (hypermarché, commerces alimentaires de proximité), un pôle pratique (équipement de la personne, prêt-à-porter enfants) et un pôle loisirs et sport multiplexe de cinéma, 10 points de restauration et une enseigne de sport). Soit une vingtaine de place pour des enseignes nationales, dont 3 moyennes surfaces de 600 à 800 m². Altarea Cogedim assurera l’exploitation du pôle de commerce sur une période de 10 ans.


5) Connectivité

Combien d’ensembles commerciaux ont périclité faute d’avoir été connectés ! Non pas à Internet, mais à leur ville et aux réseaux de transports. La ZAC Coeur de Ville est à proximité immédiate du Pont de Bezons. C’est-à-dire à côté de la gare du tramway T2, à 12 minutes de Paris-La Défense. Elle correspond aussi avec l’avenue Gabriel-Péri, axe majeur de la ville. Et participera du dispositif d’espaces publics face au parvis de la nouvelle Mairie. Surtout, les nouveaux magasins se trouveront dans la continuité de la rue commerçante Edouard-Vaillant. «Nous sommes fiers de participer à la reconfiguration de la ville de Bezons qui nous confie une part importante de son tissu urbain, son centre-ville, déclare Alain Taravella, Président-Fondateur du groupe Altarea Cogedim. Ce projet traduit notre capacité à ''fabriquer de la ville'' contemporaine. Et faire de la ville, c’est avant tout produire du lien entre les résidents quels que soient leurs besoins. ».

6) Végétalisation

Le Cœur de Ville promis pour Bezons sera-t-il aussi vert que le montre sa maquette ou ses perspectives ? En tous cas le projet fait la part belle à l’environnement et aux espaces verts. Puisque cette ‘‘ville-jardin’’ se veut ‘‘véritable poumon vert’’ avec plus de 17 000 m² d’espaces plantés nouveaux. Cette végétalisation concernera aussi bien les espaces aux sols, que les toitures, des rues-jardins, et même un potager urbain. Un arsenal de certifications appuie la vocation verte du projet. Le pôle commercial vise la certification Breeam International 2013 niveau «Very Good». La ZAC Coeur de Ville, le label Eco-quartier ; le programme mixte la certification Breeam Communities, et la partie résidentielle la norme NF-Logement HQE® après achèvement.


 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA