Comment Château Lagrézette est devenu l'un des malbecs les plus chics au monde

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Château Lagrézette, cette propriété de l'appellation Cahors, appartient depuis 1979 à Alain-Dominique Perrin. Passionné d'histoire, cet homme d'affaires a fait revivre les vignes et le chai. Son vin est aujourd'hui reconnu comme l'un des meilleurs malbecs au monde.

Dans les chais du Château Lagrezette. De gauche à droite, Alain-Dominique Perrin, Pierre Vignaud, le directeur du vignoble, Claude Boudamani, le directeur général, Cédric Blanc, oenologue et directeur technique du domaine et Michel Rolland, consultant-oenologue et grand spécialiste du cépage malbec.
Dans les chais du Château Lagrezette. De gauche à droite, Alain-Dominique Perrin, Pierre Vignaud, le directeur du vignoble, Claude Boudamani, le directeur général, Cédric Blanc, oenologue et directeur technique du domaine et Michel Rolland, consultant-oenologue et grand spécialiste du cépage malbec.© ADP

En 1979, le château Lagrézette n’est plus qu’une ruine quand Alain-Dominique Perrin, alors patron du groupe de luxe Richemont (Cartier, Montblanc, Jaegher-LeCoultre, etc.), et son épouse tombent sous son charme et l’achètent. Perdu au fin fond du Lot, à Caillac, ce château édifié au XVème siècle par un certain Adhémar de Massaut en impose en effet par sa superficie et son architecture médiévale, teintée de motifs Renaissance. Les vignes entourant le château étaient, elles aussi, à l’abandon et Alain-Dominique Perrin aurait pu continuer de les délaisser tant il avait à faire pour restaurer son vaste château et les jardins attenants. Cependant, l’un de ses voisins viticulteurs, Guy Pradel, lui dit un jour que les 60 hectares entourant le château figurent parmi les plus beaux terroirs de la région. Un document démontre même que sur ces terres faites de limon et d’argile, les premières vendanges datent de 1503. Les propos de Guy Pradel puis la lecture de ce document historique suffirent à convaincre Alain-Dominique Perrin, grand amateur d’art et de patrimoine, d’ajouter un autre métier à sa palette, celui de viticulteur.

Comme ce métier ne se maîtrise pas du jour au lendemain, Alain-Dominique Perrin proposa à Guy Pradel et à Michel Rolland, œnologue et spécialiste du cépage malbec - il est propriétaire d’une bodega en Argentine, autre pays du malbec -, de le conseiller. En 1992, Alain-Dominique Perrin fit construire un chai en souterrain qu’il rénovera en 2011. « Le chai s’étend sur trois niveaux, il permet de travailler les raisins sur le principe de la gravité, ce qui évite d’abimer les grains », détaille Claude Boudamani, directeur général de Château Lagrézette.

Pluie de notes

Depuis 35 ans qu’il appartient à Alain-Dominique Perrin, le vin du Château Lagrézette, un 100% malbec, n’a cessé de gagner en élégance et rafle, un peu plus chaque année, prix, médailles et notes égales, voire supérieures à celles de certains grands crus bordelais (au-dessus de 90/100 par le critique américain Robert Parker, au-dessus de 16/20 par la Britannique Jancis Robinson). « C’était l’objectif d’Alain-Dominique Perrin : que son vin compte parmi les meilleurs nectars au monde », poursuit Claude Boudamani.

Autant d’atouts qui ont aidé à la renommée de ce château installé sur une appellation longtemps en manque de reconnaissance, Cahors. D’ailleurs, cahors ne figure pas sur les étiquettes, le propriétaire préférant mettre malbec en avant car ce cépage est bien plus connu à l’étranger que l’appellation française. Une initiative qui n’est d’ailleurs pas du goût des viticulteurs de l’AOC.

Le dernier atout de Lagrézette ? Contrairement aux grands crus bordelais, le prix de ce vin ne joue pas au yo-yo. Les 70 000 bouteilles produites chaque année sont vendues dans les cinq boutiques détenues par Alain-Dominique Perrin (Toulouse, Sarlat, au château, etc.), chez quelques cavistes indépendants en France et dans une vingtaine de pays mais aussi chez Carrefour Market, uniquement lors de sa foire aux vins d’automne. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA