Comment E.Leclerc Flers a baissé sa facture d'énergie

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

SONDAGE L’hypermarché a réduit ses dépenses de plus de 50 000 euros en trois ans, grâce à un système de management de l’énergie. Plus que financier, c’est un investissement humain.

equipement.jpg

Le Manège à Bijoux du centre E. Leclerc de Flers (Orne) attire de nombreuses clientes venues admirer les dernières nouveautés, désormais éclairées par des leds. C’est l’un des nombreux changements que Michael Gaultier, dirigeant de la SAS Sodiflers, a réalisés pour alléger sa facture d’énergie. « Progressivement, nous basculons l’ensemble de l’éclairage en leds, explique le dirigeant. L’audit a mis en évidence que l’éclairage du Manège à Bijoux était très énergivore. »

Ce calcul a été fait avec l’entreprise Greenflex, cabinet de conseil sur les enjeux environnementaux et sociétaux, qui accompagne le distributeur depuis deux ans dans sa démarche de développement durable. « Nous nous sommes rencontrés lors d’un salon du Galec, se souvient Michael Gaultier. Leur obligation de résultat, signifiée contractuellement, est un gage de sécurité et aide à passer le pas. »

 

La protection de l’environnement en ADN

Le patron du magasin sensibilise son équipe aux économies d’énergie depuis 2006. L’électricité verte représente d’ailleurs 25% de ses achats. Cela suppose un surcoût financier, puisque le fournisseur certifie que cette énergie a été produite uniquement à partir de sources d’énergies renouvelables (hydraulique, éolienne, etc.).

« Une entreprise quelle qu’elle soit ne peut pas s’exonérer de l’environnement, cela relève du bon sens, juge Michael Gaultier. Nous avons fait un bilan carbone et un audit énergétique, et les résultats étaient plutôt bons grâce à notre gestion automatisée du bâtiment (GTB), installée depuis 2006. Mais ces documents ne nous aidaient pas à savoir quelles actions mettre en place pour nous améliorer.»

Les premiers pas avec Greenflex ont consisté à réaliser un diagnostic pour identifier si des gains étaient possibles. Puis un audit plus poussé a été mené, avec la mise en place de sondes dans l’hypermarché de 18 000 m² (réserves comprises). Michael Gaultier a même choisi de s’engager dans la certification ISO 50001, ce qui demandait la mise en place d’un système de management de l’énergie (SME).

« La démarche ISO n’est pas obligatoire. Avec une bonne gestion de son SME, il y a déjà des gains à dégager, précise Quentin Froment, manager de l’équipe pilote énergie Paris de Greenflex. En revanche, si l’entreprise devenait ISO 50001 avant fin 2016, elle pouvait bénéficier de certificats d’économie d’énergie. » Et pour le dirigeant de Sodiflers : « C’était un projet lourd à mettre en place, d’autant que nous avons eu en même temps la certification de service E. Leclerc. Nous avons mis trois mois pour élaborer et mettre en place les procédures. »

Sodiflers a recruté une responsable de qualité, Laëtitia Berrier, chargée du bon respect des procédures. Elle fait partie de la revue de performance énergétique, une instance obligatoire pour respecter la norme ISO 50001. « Un SME a un coût et prend du temps, notamment avec la revue de performance énergétique qui permet de s’assurer du respect des procédures, précise Michael Gaultier. Il s’agit toutefois d’un investissement qu’il faut analyser sur le long terme. De plus, il est capital de sensibiliser l’ensemble des équipes sur le sujet. C’est une des conditions du succès. »

 

Un contrôle permanent

Dans le cas de Flers, des gains ont notamment été dégagés au niveau du pôle boulangerie et pâtisserie, une activité importante pour l’hypermarché. La GTB déclenchait un allumage des fours dès minuit, alors que les équipes arrivent à 4 heures.

C’est désormais le boulanger qui se charge de mettre en marche les systèmes puisque le temps de chauffe est de quarante minutes. Autre gain important, le passage de l’éclairage à la led et la gestion de la température.

Sur ce dernier point, toutes les climatisations réversibles ont été nettoyées pour une meilleure efficacité, et un système de récupération de chaleur a été mis en place auprès des moteurs froids, avec l’ajout de sondes pour optimiser le système.

Les meubles froids représentent le poste le plus énergivore en électricité. Pour faire baisser la facture, la fermeture avec des portes s’impose.

Quentin Froment précise que « des meubles de froid positif fermés représentent 40% d’économies, et que des meubles de froid négatif fermés, ce sont 25% d’économies. »

Le SME a été mis en place en 2014, et les chiffres de 2015, soit un an après, sont bons pour le dirigeant, qui a généré une économie de 36 000 euros, avec une baisse de l’électricité de 168 mégawattheure (2 908 MWh contre 3 076 MWh) et du gaz de 720 MWh.

« Ces chiffres sont pondérés des jours chauds et froids, précise Michael Gaultier. Pour 2016, nous devrions gagner avec le SME 16 250 euros, et nous avons encore des pistes d’amélioration sur l’hyper et également sur le périmètre total de Sodiflers, qui compte le drive et la jardi­nerie. »

 

EN PASSANT À LA LED

Le magasin bascule progressivement son éclairage en 100% led. Après l’espace culturel, c’est l’éclairage du parking qui est en train de changer, avec un retour sur investissement sous deux ans.

EN RÉGLANT LA TEMPÉRATURE EN FONCTION DES HORAIRES

Toutes les climatisations réversibles ont été nettoyées et les réglages ont été affinés selon le temps et les horaires. Les radiants ajoutés en caisse ont été supprimés.

EN DÉCALANT L’ALLUMAGE DES FOURS

La boulangerie est un poste important en termes de consommation d’énergie. L’audit a démontré que les fours étaient allumés automatiquement à minuit, alors qu’une mise en route à 4 heures, quand les équipes arrivent, se révèle suffisante.

EN RENOUVELANT LE MATÉRIEL

Pour chaque changement d’équipement, le prix, les caractéristiques techniques et la consommation d’énergie sont comparés pour obtenir une vision de l’investissement sur le long terme.

EN DÉCALANT L’ALLUMAGE DES FOURS

La boulangerie est un poste important en termes de consommation d’énergie. L’audit a démontré que les fours étaient allumés automatiquement à minuit, alors qu’une mise en route à 4 heures, quand les équipes arrivent, se révèle suffisante.

En chiffres

  • 36 000 € : l’économie réalisée entre 2014 et 2015
  • 16 250 € : l’économie prévue sur 2016
  • 168 MGh : d’électricité économisée
  • 720 MGh : de gaz économisé
  • ISO 50001 : Société certifiée
  • 80 M€ : le CA (SAS Sodiflers)

Source : E. Leclerc Sodiflers

 

« Impliquer les équipes est une des conditions du succès des économies d’énergie. »

Michel Gaultier, président de Sodiflers

Carnet des décideurs

Stéphan  Arino

Stéphan Arino

Directeur qualité globale & développement durable d'E.Leclerc

Michel-Edouard Leclerc

Michel-Edouard Leclerc

Président-directeur général de E. Leclerc

Anny Courtade

Anny Courtade

Présidente de Lecasud (groupement E.Leclerc)

Rémy Nauleau

Président-directeur général de E. Leclerc Mobile

Jean- Paul Oger

Président-directeur général de la Scacentre

Didier Gravaud

Président-directeur général de la Scalandes

Pascal Raymond Josep Beaudoin

Président du conseil d'administration de la Scapnor

Bruno Valladon

Directeur-général de la Scachap

Thierry Quaranta

Directeur général de la centrale d'achat Lecasud (groupement E.Leclerc)

Pascal Payraudeau

Pascal Payraudeau

Président-directeur général de la centrale Socamil de Roques-sur-Garonne

Denis Badier

Directeur Supply Chain de la Société Centrale d'Approvisionnement du Sud-Ouest (SCASO)

Daniel Bossus

Président- directeur général de Socara

Miguel Jonchère

Président-directeur général de Scaouest
Administrateur au conseil d'administration […]

Jean- François Huet

Jean- François Huet

Président-directeur général de Socamaine

Bertrand Le Côme

Président de la Scapartois et directeur du magasin E. Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux

Henri- Paul Grondin

Directeur général de la Scacentre

Marc Debert

Directeur de la Scapartois

Denis Picard

Directeur-général de la Scanormande

Fabrice Faure

Président de la Société Centrale d'Approvisionnement du Sud-Ouest (SCASO)

Bernard Ragot

Directeur Supply Chain de Socamil

Jean-Claude Pénicaud

Membre du directoire du Galec, en charge de l’alimentaire et responsable de la […]

Hervé Jaud

Directeur des centres Leclerc de La Roche-sur-Yon

Daniel Prunier

Président du directoire du Galec

Jean-Paul Pageau

Président et fondateur de la Scapest, Leclerc

Bruno Santiano

Bruno Santiano

Directeur du développement optique d'E.Leclerc

Jean-Pascal Vue

Directeur général de la SCA Normande, groupement E.Leclerc

Édouard Leclerc

Édouard Leclerc

Fondateur de l'enseigne E-Leclerc

Benjamin Voisin

Président de la SCAPNOR (groupement E.Leclerc)

Bernard  Boisson

Bernard Boisson

Directeur général d’E. Leclerc Voyages

Christophe Bacot

Christophe Bacot

Président du Centre Leclerc Verdun President Bt Lec Est.

Jean-Jacques Exmelin

Responsable national des rayons textile-chaussures de l'enseigne E.Leclerc

Jean-Pierre Gontier

Président de la Scamark ( MDD Leclerc)

André Jaud

Ancien co-président du Galec (Groupement E.Leclerc)

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2443

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA