Comment Electro Dépôt a refondu sa stratégie RH

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour accompagner son expansion, l’enseigne d’électrodomestique discount a revu complètement sa politique de recrutement, de formation et de rémunération. Avec succès.

D’après Stéphane Wilmotte, DRH, le taux d’échec après l’embauche a été divisé par trois et le turnover des cadres a baissé de 17 à 9%.
D’après Stéphane Wilmotte, DRH, le taux d’échec après l’embauche a été divisé par trois et le turnover des cadres a baissé de 17 à 9%.

La rédaction vous conseille

Electro Dépôt est une pépite pour l’AFM, l’enseigne qui a dégagé du cash-flow le plus rapidement! Et l’expansion n’est pas finie: le cap des 100 magasins est visé d’ici à fin 2016, contre 36 aujourd’hui. Comme toute enseigne qui se développe rapidement, elle doit réussir ses recrutements (500 prévus d’ici à fin 2012) et l’évolution de ses équipes. À plus forte raison pour elle qui, malgré sa réussite commerciale, a longtemps pâti d’une image de costkiller. L’entreprise subissait « un important taux d’échec après embauche », reconnaît Stéphane Wilmotte, DRH depuis 2009.

Caractérisée par une structuration courte des échelons (5) et des métiers en magasin (3), l’enseigne poursuit l’objectif de voir tous ses directeurs de magasin (DM) issus de la promotion interne (70% actuellement). La création, fin 2009, de son Académie de formation doit permettre d’atteindre cet objectif et de voir «grandir» une soixantaine de directeurs adjoints (DA) dans les six ans à venir. «L’académie forme nos managers de demain pour les métiers de DA et de DM», poursuit Stéphane Wilmotte. Pour les premiers, la formation dure six mois, altermant connaissances théoriques et expérience dans deux magasins. Chaque promo compte 6 à 10 collaborateurs, l’objectif étant de prendre ceux qui sont prêts. Sur les 500 recrutements prévus, 100 concernent de futurs DA qui
doivent devenir DM dans un délai de un à deux ans. Le second dispositif forme les futurs DM sélectionnés parmi les meilleurs DA, suivant un parcours de dix à douze mois dans le magasin d’origine avec des missions temporaires dans d’autres points de vente (deux sessions tous les dix huit mois d’environ sept candidats chacune). Pour la première fois en 2010, un équipier recruté en 2004 est ainsi devenu directeur.

 

«The best place to work»

Electro Dépôt a aussi revu totalement sa méthode de recrutement. «Nous avons changé de sourcing. Nous faisons moins appel aux cabinets externes (deux contre huit avant) et travaillons sur CVthèques. L’équipe RH épluche les CV et approfondit la sélection par entretien téléphonique. Nous utilisons aussi les réseaux sociaux, tel Viadeo », annonce Stéphane Wilmotte. 60% des embauches proviennent ainsi de ces deux débouchés, avec des profils plus qualitatifs. En outre, le budget recrutement a débaissé
de 40%. Enfin, Electro Dépôt procède à quatre entretiens préalables à l’embauche, assurés par la DRH, un directeur de magasin, un directeur régional et le directeur général, Pascal Roche. Pour les DA et DM, l’avis d’un cabinet extérieur est toujours sollicité. En un an et demi, le taux d’échec après l’embauche a été divisé par trois et le turnover parmi les encadrants est passé de 17 à 9%. Intéressement et actionnariat salarié ont aussi été mis en place. Résultat, une enquête anonyme, menée par Publicis en juin 2010 auprès de tous collaborateurs (77% de participation), révèle que 90% se disaient fiers et heureux de travailler chez Electro Dépôt et 96% confiants en l’avenir de l’enseigne. Parmi les points de progrès, est surtout mentionné un meilleur aménagement du temps de travail en magasin. Electro Dépôt qui se revendique «The best place to buy» se donne les moyens de devenir « the best place to work».

Quatre grands leviers

  • Des accords d’intéressement et de participation ont été signés en 2005, et 2009. En 2010, ils ont représenté 1,9 mois de salairebrut supplémentaire.
  • Lancé en mai 2010, l’actionnariat salarié a séduit 95% des collaborateurs. L’action Electro Dépôt Invest a crû de 23,38% la premièreannée. L’entreprise abonde cet investissementà hauteur de 200€ pour tout salarié actionnaire.
  • Créée fin 2009, l’Académie Electro Dépôt forme aux métiers de directeur adjoint et de directeur de magasin.
  • 4% de la masse salariale consacrés à la formation

Electro Dépôt en chiffres

  • 36 magasins
  • 320 M€ HT (+ 15%) Le chiffre d’affaires 2010 versus 2009
  • 825 salariés, dont 601 équipiers et 154 encadrants en magasin et 70 au siège
  • 500 recrutements d’ici à fin 2012

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2184

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA