Comment Ikea recrute quand il ouvre un magasin

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour embaucher, Ikea utilise la méthode de simulation, surtout pour certaines fonctions comme celles des caisses, de la vente, de la restauration ou de la logistique. S’agissant des cadres, la promotion interne joue à plein.

Le 6 août, Ikea ouvrira son trentième magasin à Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme. La phase de recrutement, commencée il y a un an pour les cadres et il y a trois mois pour le reste des troupes, va s’achever mi-mai. Il a fallu embaucher 200 personnes (30 cadres et 170 employés) pour faire vivre les 25 000 m² de surface de vente.

Privilégiée pour 110 personnes, la méthode par simulation, qui met les candidat(e)s in situ a été mise en pratique avec Pôle Emploi. Sur les 1 300 candidats, près de 500 (485 exactement) ont passé un entretien de mo­tivation.

La palette d’offre est importante, le magasin comptant plus d’une dizaine de métiers. D’ici au 1er juillet, il faudra que toutes les équipes soient passées par la case formation afin d’être opérationnelles début août, pour l’ouverture, et travailler sur la phase commerciale pour attirer le chaland.

Un directeur de magasin arrivé en amont

Il arrive neuf à dix mois avant l’ouverture du magasin. Dans ce cas précis, Philippe Monneret s’est installé un an avant, en septembre 2013, bien avant que les premières pierres ne soient posées. Pour ouvrir un paquebot comme le magasin Ikea de Clermont-Ferrand (33 000 m², dont 24 000 de surface de vente), Ikea a fait appel à un « poids lourd » du groupe. Philippe Monneret s’est déjà frotté au métier de directeur de magasin pendant six ans, à Dijon, et fut directeur adjoint sur le magasin de Barcelone, en Espagne. À Clermont-Ferrand, ce sera sa première ouverture, l’occasion de tester une organisation « light » pour l’encadrement d’un magasin.

« Au lieu de sept habituellement, nous aurons cinq personnes, car nous avons une partie libre-service très grande, une partie logistique assez réduite et un transporteur au sein du magasin », précise Philippe Monneret. Les fonctions logistiques et financières sont, par exemple, réunies en un seul pôle, ainsi que la restauration-service clients. La responsable ressources humaines, Khadija Blandin, est arrivée il y a trois mois, du magasin de Saint-Étienne, où elle occupait la même fonction. La mobilité interne joue beaucoup lors de l’ouverture d’un magasin. À Clermont-Ferrand, le responsable des ventes vient du magasin de Parinor, et la personne qui aura en charge la logistique et les affaires financières, de Hénin-Beaumont.

Recruter par simulation pour mettre les candidats in situ

Une fois entrée dans la danse, le rôle de Khadija Blandin a consisté d’abord à organiser des réunions d’information collectives auprès des 1 300 candidats externes intéressés, en collaboration avec Pôle Emploi. « Nous avons ouvert 110 postes par la méthode de recrutement par simulation », explique Khadija Blandin. Le principe bien connu de cette méthode utilisée surtout pour des postes qui demandent des compétences pratico-pratiques : mettre les candidats in situ. Entre 80 et 120 personnes ont été conviées à raison de six sessions d’information. Un premier écrémage qui permet aux candidats pas intéressés de passer à autre chose.

« Les principaux freins portent sur les horaires des magasins, le fait de travailler trois samedis sur quatre et/ou les périodes de formation à suivre, entre une semaine et un mois, dans n’importe quel magasin en France », poursuit Khadija Blandin. Reims, Bordeaux, Brest, Toulouse : les formations peuvent avoir lieu n’importe où. Des futurs collaborateurs du point de vente de Clermont-Ferrand sont partis se former à la logistique à Tours et à Dijon, d’autres pour les sujets techniques à Bordeaux et à Reims. Mais la méthode par simulation, qui favorise l’égalité des chances, ne fonctionne pas pour tous les métiers. « Nous l’utilisons surtout pour les métiers de la vente, de la restauration, des caisses et de la logistique », assure Khadija Blandin. Pour des métiers plus spécifiques, comme les cuisines ou les agenceurs, elle est moins prisée.

Anticiper pour faire naître l’esprit de cohésion

Après avoir vu presque 500 personnes en entretien, Philippe Monneret et Khadija Blandin viennent tout juste de clôturer la phase de recrutement. « Le 1er juillet, il faut que toutes soient passées en formation afin de créer une vraie cohésion pour l’ouverture, sachant que 150 à 160 ne connaissent pas Ikea », explique le directeur. Même par le biais des affaires d’espionnage qui ont occupé le devant de la scène médiatique ces derniers mois « Un seul candidat a fait référence à cette histoire de flicage, assure Philippe Monneret. Les postulants sont davantage intéressés par l’aspect participation, intéressement, treizième mois… » Du concret, loin des questions de déontologie posées par l’« affaire Ikea ». 

200

Le nombre de salariés recrutés pour le nouveau magasin de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme

Source : Ikea

Les conseils pour réussir son implantation

  • Installer un directeur à la tête du magasin un an à dix-huit mois avant et, progressivement, les cadres principaux.
  • Une fois le ou la responsable des ressources humaines recruté(e), l’embauche des employés peut commencer, avec, le plus souvent, Pôle Emploi, qui assure le lien avec l’économie locale.
  • Démarrer la phase de formation deux à trois mois avant l’ouverture.

Les nouvelles recrues doivent être formées pour le 1er juillet afin d’insuffler un esprit de cohésion. Pour les cadres, nous privilégions la promotion interne. Pour les autres, nous avons travaillé sur la méthode de simulation avec Pôle Emploi.

Philippe Monneret, directeur d’Ikea Clermont-Ferrand

La méthode des habiletés, ou de recrutement par simulation, permet une grande diversité de candidats : hommes, femmes, jeunes, moins jeunes. Nous cherchons toujours des personnes qui aiment les relations humaines et qui ont une passion pour l’aménagement de la maison.

Khadija Blandin, responsable RH du magasin Ikea de Clermont-Ferrand

 

1 commentaire

Di Stasio

17/10/2016 08h54 - Di Stasio

Bonjour je voudrais vous adresse mon CV et ma lettre de motivation pour votre nouveau magasin de Nice pour postuler car votre concept de magasin m'intéresse beaucoup étant dans la vente depuis 9ans je pense pouvoir apporter beaucoup à vos futur clients Cordialement Mlle Di Stasio Jessica

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2322

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA