Comment Petit Bateau a optimisé bien plus que sa chaîne d'approvisionnement...

|

PUBLI-RÉDACTIONNELAu terme d'une réflexion poussée, Petit Bateau qui souhaitait mettre en œuvre la gestion intégrée de sa chaîne d'approvisionnement dans le cadre d'une distribution multicanaux, a révolutionné posément et par étapes tout son système d'informations. Et s'en


« Le choix d'un système d'information global a été chez Petit Bateau le fruit d'un long processus de réflexion, se souvient Jean-Philippe Gauthier, DSI de l'entreprise. Il s'agissait avant tout, en 1998, d'optimiser la gestion de notre stock. Comment avoir le bon stock au bon endroit et au bon moment ? Comment améliorer notre logistique pour fournir à temps le besoin précis du client ? »
Après enquête, l'entreprise centre ses recherches sur les outils ERP. Mais deux facteurs l'interpellent : le coût financier induit et l'expertise humaine réclamée en interne. Petit Bateau décide donc de procéder par étapes et de mettre d'abord en place un outil de planification gérant le réassortiment des boutiques. Son choix se porte sur SAP Retail.
En 2001, constatant la validité de la solution retenue, l'entreprise entreprend de se lancer dans un projet plus vaste, nom de code : Galilée.

Un choix mûrement réfléchi
« Les enjeux étaient cette fois multiples, explique Jean-Philippe Gauthier. Il s'agissait certes d'améliorer le taux de service client, de diminuer le stock et les incourants, mais aussi d'intégrer l'internationalisation de la marque. Nous réalisions 40% de notre chiffre à l'étranger, avec des systèmes d'information hétérogènes et plus ou moins compatibles... Il fallait donc rassembler tout cela pour acquérir une vision globale qui soit de plus applicable aux filiales à venir... La Direction Générale dut alors s'impliquer  car le choix était loin d'être uniquement technique : 50 personnes mobilisées sur le projet dont 15 s'y impliquant à temps plein, cela se ressent sur la marche quotidienne d'une entreprise.

Après un an d'enquête, le choix de SAP s'imposa car il était l'un des rares à couvrir l'ensemble du périmètre requis : finance, production, logistique, qualité, achat et commercialisation multicanaux (GMS, sélectif multimarques et boutiques Petit Bateau)...Même si nous sommes une PME, les autres étaient vraiment trop aux limites, d'autant que nous sommes distributeur ET fabricant. » Pour éviter l'effet tunnel, le programme est lancé dans un premier temps en avril 2003 sur l'Italie, seconde filiale en termes d'importance. Trois mois plus tard, les autres pays d'Europe (France, Allemagne, Benelux et Angleterre) sont inclus sur le même périmètre : finance, commercial, logistique. « Et on a terminé par le nerf de la guerre : la production, au Maroc, en Tunisie, puis en France. En mai 2005 tout était finalisé, le transfert des compétences était effectué sur nos informaticiens et nous étions autonomes ! ».

Internet est géré comme une boutique
Une fois intégrée « la phase de pilotage », les bénéfices s'affichent à l'écran : doublement de la fréquence de réassort des boutiques d'une à deux fois par semaine, intégration quasi-immédiate des nouvelles filiales : Portugal, Pays Bas, etc. Mais, surtout : disparition de la fameuse « boite noire » de la confection (notamment en Tunisie) dont on savait « qu'il fallait en gros trois semaines pour confectionner. A présent, avec les pistolets à radio-fréquences et SAP sur place, on sait exactement à quelle étape on en est. La visibilité est bien meilleure et la réactivité également. La gestion de la fabrication a, de plus, été rationalisée : textiles et fournitures (boutons, fermetures éclairs, etc.) partent ensemble et non plus dans le désordre ; l'adaptation à la demande s'est donc affinée.

400 employés de Petit Bateau utilisent aujourd'hui le système sur l'ensemble de la planète, la plate-forme (pierre angulaire du système sur laquelle viennent se greffer une quarantaine de satellites spécifiques) se trouvant à Troyes.

« Depuis peu, nous utilisons un nouveau canal : internet, pour la commande des produits stockés. On le gère comme une boutique en propre, c'est extra. Dans un cas comme le notre, avec la diffusion multicanaux où les produits se retrouvent partout, il est très appréciable de bénéficier d'un stock mutualisé. Grâce à SAP, tout est centralisé ; c'est idéal ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter