Comment Uber Eats développe une nouvelle ligne de revenus publicitaires

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Uber Eats construit pas à pas une nouvelle stratégie : proposer à des annonceurs restaurateurs de la visibilité sur sa plateforme… moyennant finance.

Uber Eats
Uber Eats© Uber

Uber veut devenir, via sa filiale dédiée à la livraison de repas à domicile Uber Eats, une entreprise publicitaire, a indiqué Stephen Chau, qui dirige la division Uber Eats monde à Techcrunch. Une activité qui pourrait permettre au groupe de développer une nouvelle ligne de revenus et donc de faire grimper sa valeur boursière - Uber a rempli début décembre les documents pour entrer en Bourse aux Etats-Unis en 2019. 

L’entreprise expérimente depuis plusieurs semaines en Inde une solution permettant aux restaurateurs de proposer à l’utilisateur final de l’application un discount sur son repas. En échange, Uber donne plus de visibilité aux restaurants, en les faisant remonter dans les résultats de recherche des internautes situés à proximité. Un business model différent du classique coût pour mille affichage ou coût par clic, avec lequel Google et autre Facebook facturent leurs annonceurs, mais qui est tout de même clairement publicitaire. 

Un ciblage précis des consommateurs

Uber expérimente dans plusieurs villes du monde une nouvelle option de vente : il pousse ses utilisateurs à commander dans le même restaurant que des personnes situées dans leur environnement immédiat (dans le même immeuble par exemple). L’objectif : permettre au livreur d’aller chercher plusieurs repas dans un seul établissement et de les livrer dans une zone ultra-réduite, pour gagner du temps et donc de l’argent sur la livraison. 

Pour inciter les consommateurs à utiliser cet outil, Uber leur propose des promotions, sur une durée limitée de quelques minutes. Les commandes sont ainsi réalisées quasiment en même temps, ce qui minimise le temps d’attente des différents clients. Uber fait tourner des algorithmes de machine learning pour décider des internautes à qui il pousse ces promotions afin de maximiser leur efficacité.

Pour le moment, les restaurateurs ne financent pas ces discounts. Uber habitue ses clients à ce système avant de basculer à un modèle payant pour les restaurateurs. Le groupe dispose de données précise sur ses utilisateurs. Il pourra permettre aux restaurateurs de cibler certains consommateurs - ceux qui n’ont jamais commandé chez eux par exemple, où ceux qui vivent dans une zone très proche de leur établissement… Pour faire décoller ce nouveau business, Uber va devoir travailler sur une tarification adaptée à ces futurs annonceurs, afin que le jeu en vaille pour eux la chandelle. D’autant plus qu’ils ne sont pas dépendants d’Uber Eats : de nombreuses autres plateformes de livraison à domicile existent sur le marché. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA