Comment utiliser Twitter pour améliorer ses ventes (les exemples de ParionsWeb et La Redoute)

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Twitter fournit aux marques des outils pour se mettre en valeur. Encore faut-il bien savoir les utiliser. La Redoute et ParionsWeb expliquent comment ils ont boosté leurs ventes grâce au réseau social.

Twitter e-commerce

 

Depuis quelques semaines, Twitter teste un nouveau bouton aux États-Unis. Baptisé « Buy now », il permet aux utilisateurs du réseau social d’acheter directement un produit sans aller sur le site du vendeur. Concrètement : une marque de tee-shirts tweete une photo de produit qui me plaît. Je clique sur le bouton « buy now » sous le tweet, qui s’ouvre et me propose directement de l’acheter. Je choisis ma taille, entre mon code de carte bancaire, mon adresse et c’est terminé. 

 

 

 

Mais en France, pour l’heure, le bouton n’est pas encore disponible. Néanmoins, de plus en plus de marques saisissent le potentiel de business d’un réseau social qui compterait en France entre 2 et 3 millions d’utilisateurs actifs. 

Mais comment utiliser Twitter ? C’est ce qu’ont tenté de nous expliquer la semaine dernière les représentants français du site américain à l’occasion du salon E-commerce Paris. 

D’abord en rappelant quelques chiffres en préambule: aujourd’hui, 47 % des utilisateurs de Twitter suivent au moins une marque sur le site. Si ce sont les médias qui sont le plus suivis (32 %), les marques de grande consommation (30 %), de high-tech (26 %) et de distribution (20 %) ne s’en tirent pas trop mal. 

Mais pour avoir du succès sur Twitter, il ne suffit plus d’ouvrir un compte, de poster un tweet promotionnel de temps à autre et d’attendre que les followers affluent. Pour améliorer leur visibilité, les marques disposent de trois leviers payants.

 

La tendance sponsorisée

Il s’agit de mettre en haut de la liste des trending topics (les sujets les plus discutés du moment sur Twitter) sa propre tendance. Comme celle-ci réservée par Coca-Cola. C’est pour les marques une exposition maximale car Twitter le réserve à une seule par jour. Compter entre 5 000 et 10 000 euros l’exposition pour vingt-quatre heures en France.

Exemple de tendance sponsorisée (ici Coca-Cola):

 

Le tweet sponsorisé

C’est un tweet promotionnel qui va apparaître sur la timeline d’une personne qui ne suit pas forcément votre compte. C’est une technique moins « mass market » que la tendance sponsorisée puisque, à la différence de celle-ci, le tweet sponsorisé ne s’adressera pas à tout le monde. Vous devez cibler votre public : par exemple, les Twittos qui suivent le compte de SoFoot si vous faites une promo sur les maillots de foot, ou encore ceux qui suivent le compte du spécialiste high-tech TechCrunch si vous lancez un nouveau portable. Le prix des tweets sponsorisés dépendra de la performance de votre campagne selon des objectifs définis à l’avance.

 

Un tweet sponsorisé par Nintendo:

 

Le compte sponsorisé

Il s’agit là d’apparaître en tête des comptes suggérés par Twitter. Le but : augmenter sa base d’abonnés sur le site. Le système est régi par un système d’enchère basé sur le coût par follower (CPF). Le CPF varie en moyenne entre 70 centimes et deux euros.

L'exemple de Volvo dans les comptes sponsorisés:

 

Voilà pour les outils. Mais comme dans le bricolage, ça ne suffit pas, encore faut-il savoir bien s’en servir. 

 

Pour ça, autant écouter ceux qui ont réussi de belles campagnes sur Twitter. À commencer par le site de pari en ligne de la Française des Jeux ParionsWeb. La campagne a été orchestrée par l’agence Milky. Son président Pierre Matuchet nous raconte comment.

« ParionsWeb n’était présent que sur Facebook, mais ils ont voulu profiter des conversations sur le foot durant la Coupe du monde. Nous avons donc travaillé le positionnement social avec une contrainte budgétaire (nous ne pouvions pas prendre la tendance sponsorisée tous les jours). 

«Nous avons donc décidé de commencer le travail en amont, dès l’annonce des 30 joueurs retenus par Deschamps, plusieurs semaines avant la compétition. C’est ce jour-là que nous avons acheté la tendance sponsorisée. Et nous avons beaucoup travaillé pour savoir quel mot clé nous devions acheter. Le but, c’est qu’il soit repris ensuite par le plus d’utilisateurs de Twitter possible. Nous avons travaillé avec Twitter France pour ça et nous avons opté finalement pour le hashtag #Les30. Le jour même nous avons donc fait plein de tweets avec ce hashtag pour qu’il monte dans les tendances (en plus de celle que nous avions achetée). Le hashtag a été bien choisi puisqu’il a finalement été repris par les médias comme BFM ou Téléfoot.

«Mais ces tweets, nous les avions préparés à l’avance avec, notamment, des montages photo, des VS entre joueurs (qui sera à la pointe de l’attaque selon vous ?), des créa graphiques et surtout humoristiques. Car sur Twitter, c’est le drôle et le décalé qui marche et permet d’être viral. Nous avons ainsi lancé le jour du premier match un "Bingo des commentateurs", à savoir un tableau dans lequel on retrouvait toutes leurs expressions clichés.»

 

 

«Ensuite, nous avons créé une petite appli mobile grâce à laquelle les utilisateurs pouvaient envoyer leur photo que nous tweetions alors sous forme d’image Panini. Ça a si bien marché que Chris Marques, du jury de Danse avec les stars, a envoyé la sienne. »

 

Campagne au final réussie puisqu’aujourd’hui, avec plus de 7 000 followers, ParionsWeb est de loin la marque de paris la plus présente sur Twitter.

 

Second cas intéressant, celui de La Redoute. 

 

Le vépéciste a décidé d’anticiper le bouton « Buy Now » de Twitter en permettant aux utilisateurs d’acheter un produit directement (ou presque) depuis le réseau social. Il y avait certes déjà le système Amazon Cart, mais qui n’est pas très simple d’utilisation. La Redoute voulait un système simple. Sa solution : « Add to basket ». 

 

 

L’idée est venue en voyant que des utilisateurs partageaient souvent des fiches produits trouvées sur le site de La Redoute. Du genre : « J’adore trop ces chaussures !!! » 

Le système de La Redoute est très simple : si moi aussi j’adore trop ces chaussures et que je décide de retweeter le tweet en question, La Redoute m’adresse un tweet personnalisé automatique qui me propose de les mettre directement dans mon panier en cliquant sur un lien. Je n’ai pas de compte sur le site ? Pas grave, il en génère un temporaire le temps de passer commande. Assez efficace. La Redoute assure en tout cas que 100 % des clients à qui ce lien a été adressé ont cliqué dessus (mais ne précise pas combien ont au final acheté). 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA