COMMERCE DE DÉTAIL

+ 0,1 %

C'est l'évolution, en valeur, de l'ensemble du commerce alimentaire et non alimentaire sur les onze premiers mois de l'année comparés aux onze premiers mois de 2002.

l'avis de lsa "L'activité commerciale, qui s'est contractée en novembre, apparaît en repli à un an d'intervalle. En données corrigées du nombre de jours ouvrables et des variations saisonnières, le volume des ventes a diminué de 2,6 % (après une baisse de 4,3% en octobre). Par rapport à novembre 2002, période qui comportait un jour ouvrable et un samedi de plus, le courant d'affaires s'est contracté de 5,5 % (contre une hausse de 0,2 % le mois précédent). L'effet calendaire négatif serait cependant de 3,5 % selon une enseigne. Quoi qu'il en soit, les ventes alimentaires se sont repliées selon la Banque de France de 2,4 % et celles de produits industriels ont fléchi de 1,9 %. Quant au ralentissement commercial, il a concerné aussi bien le petit commerce que la grande distribution. Au sein de celle-ci, le recul a été sensible dans les grands magasins et les magasins populaires. Des replis ont également affecté les hypermarchés, la vente à distance et, dans une moindre mesure, les supermarchés. "

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1841

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous