Commerce vocal : E.Leclerc lance un assistant avec Google Home

|

L’enseigne E.Leclerc a annoncé le 22 août 2018 le lancement de son service de "mémo courses" par la voix, permettant d’ajouter des produits par commande vocale via Google Home puis de retrouver la liste de courses sur le site leclerc.drive. Un service qui devrait évoluer vers un dispositif de commerce vocal plus perfectionné dans les mois qui viennent.

La liste de courses est générée sur le site drive de l’enseigne grâce à un assistant, disponible soit via une enceinte Google Home, soit par le biais de l'application Google Assistant disponible sur smartphone.
La liste de courses est générée sur le site drive de l’enseigne grâce à un assistant, disponible soit via une enceinte Google Home, soit par le biais de l'application Google Assistant disponible sur smartphone.© Google

Le commerce vocal serait-il en passe de se développer en France ? E.Leclerc semble y croire : l’enseigne bretonne lance son service de "mémo courses" par la voix. Principe : le client, utilisateur du site leclerc.drive, ajoute par commande vocale les produits souhaités. Cette liste est ensuite générée sur le site drive de l’enseigne grâce à un assistant, disponible soit via une enceinte Google Home, soit par le biais de l'application Google Assistant accessible sur smartphone. L’utilisateur titulaire d'un compte E.Leclerc doit simplement prononcer les mots suivants : "OK Google ! Je veux parler à E.Leclerc", en s'adressant à une enceinte Google Home ou à l'application. Il peut dès lors dicter à l'assistant vocal les produits dont il a besoin et ceux-ci sont immédiatement ajoutés à son "mémo courses". Celui-ci est accessible dans l'espace personnel des clients des sites ou applications E.Leclerc Drive ainsi que sur le site parisien de livraison à domicile E.Leclerc chez moi. "Au-delà du souhait de l'enseigne de faciliter le parcours d'achat, ce nouvel usage est une première pierre à l'édifice du commerce vocal selon E.Leclerc", précise le distributeur dans un communiqué.

Bientôt un service vocal complémentaire sur Google Home

Pour l’enseigne, il s’agit donc d’un "premier pas avant d'autres usages à venir pour les clients E.Leclerc". Elle explique tester actuellement un certain nombre d'évolutions pour faire grandir son assistant vocal et simplifier encore plus le parcours des courses. "Ce projet s'inscrit dans la démarche d'innovation historique de l'enseigne, qui a par exemple été pionnière et est rapidement devenue leader sur le drive", poursuit-elle. Prochaine étape annoncée pour le premier trimestre 2019 : un service vocal complémentaire sur Google Home qui permettra de constituer un panier Drive E.Leclerc par la voix, en plus de l'interface visuelle. Les produits nommés par le consommateur seront transformés en "références produits", sur la base de son historique d'achat, quand celui-ci existe. "La voix est la prochaine étape de la révolution digitale", conclut E.Leclerc.

Si le distributeur semble convaincu de l’avenir du commerce vocal, il n’est cependant pas le premier à s’y intéresser. Certains retailers s’appuient sur des études très encourageantes quant au potentiel du commerce vocal. Selon un rapport d'Internet Retailer et de Toluna, plus de 44% des propriétaires de ces haut-parleurs nouvelle génération ont déjà utilisé leur appareil pour acheter un produit vocalement. Fin 2017, 35,6 millions d'Américains utilisaient ces objets connectés au moins une fois par mois selon des estimations du cabinet eMarketer. Des chiffres qui pressent les acteurs à poser leurs jalons dans le commerce vocal à l'instar de Toshiba, qui a présenté fin février 2018 au salon EuroCIS Germany, en Allemagne, son propre haut-parleur connecté destiné au marché européen. Une intelligence artificielle dédiée à l'alimentaire, qui pourrait débarquer en France d’ici la fin de l’année.

En France justement, c'est Monoprix qui a marqué l’entrée de la distribution alimentaire française dans l’ère du commerce conversationnel en novembre 2017 avec un partenariat identique à celui noué ce jour entre E.Leclerc et Google Home. En non-alimentaire, sept distributeurs - Boulanger, Carrefour, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Monoprix et Sephora - ont déjà lancé une application vocale sur Google Assistant. Auchan Retail a de son côté un chatbot vocal qui associe 1 200 références de vins aux mets.

L'engouement des distributeurs n'est cependant pas exactement le même que celui des consommateurs : une enquête publiée au mois d’août sur le site The Information explique que seuls 2% des utilisateurs d’Amazon Alexa recourent à leur assistant vocal pour faire leurs courses...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message