Compagnie des Marchés réinvente le marché

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierCette nouvelle enseigne cherche à remettre au goût du jour l'esprit des marchés d'antan en misant sur les produits locaux, fermiers et de saison. Ambitieuse, elle vise 25 magasins d'ici à trois ans.


Un plébiscite. Le jury des oscars 2010 a salué à la quasi-unanimité le concept de la Compagnie des Marchés et de Patrick Violas, son fondateur, un ancien champion de la téléphonie qui voulait se reconvertir dans les produits de terroir. Son idée était de recréer, appuyé par le cabinet d'architecture Céléreau Partners, les marchés d'antan, mais en les exportant en périphérie des villes, en les ouvrant six jours et demi sur sept, et y proposant plus de 80% de produits locaux et de saison. Patrick Violas parie également sur les circuits courts et sur la valorisation des productions et des savoir-faire locaux, en proposant de nombreux conseils et services, et en revenant à la bonne vieille vente assistée.

« Il y a un vrai besoin de nouveauté dans la distribution alimentaire, nourrie par du conseil, des bons produits, de la passion», analysait pour LSA le fondateur de l'enseigne le jour de l'ouverture de la première unité dans la périphérie sud de Chartres. Fortes ambitions à l'appui, puisqu'il visait un parc de 25 magasins dans des agglomérations de plus de 100 000 habitants et un chiffre d'affaires de 120 millions d'euros dans les trois ans !

 

Encore plus de personnel

Six semaines après l'inauguration de sa première halle, l'ambition est intacte : « Nous sommes dans nos chiffres, avec déjà plus de 7 000 cartes de fidélité, 4 000 clients par semaine et des fréquentations record le week-end. » Néanmoins, des aménagements ont été apportés à ce magasin pilote.

Le personnel déjà très nombreux a été étoffé d'une dizaine de salariés supplémentaires. Cela porte les effectifs à 72 personnes pour une surface de vente de 1 000 m². Ces renforts sont venus appuyer les rayons les plus appréciés - la boulangerie, la boucherie ou les fromages -, et surtout répondre aux fortes affluences des fins de semaine. Pour concentrer les efforts sur ces jours clés, le magasin a aussi décidé de fermer le lundi, un jour trop creux.

Autre modification, la rôtisserie a été agrandie et dotée de mange-debout pour désengorger les deux pôles de restauration qui affichent complets et qui seront étendus eux aussi. De même, la poissonnerie, placée à l'extérieur, s'est révélée trop tenue.

En fait, un seul espace s'est révélé moins : la confiserie et les jus de fruits frais. « Cela ne semble pas être le type de produits que nos clients s'attendent à trouver dans un marché aujourd'hui », constate Patrick Violas. Pour savoir précisément quelle place ils auront demain, il faudra attendre que les chantiers des deux prochaines unités, au Mans et à Saint-Cyr-sur-Loire, près de Tours, s'achèvent. Les deux ouvertures sont prévues pour l'été 2011. Elles vaudront le déplacement.

« Il y a un vrai besoin de nouveauté dans la distribution alimentaire, nourrie par du conseil, des bons produits, de la passion. Nous voulons réconcilier la production avec la distribution et réconcilier les clients avec la distribution. »

Patrick Violas, fondateur de Compagnie des Marchés

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2162

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA