Marchés

Compléments alimentaires, l'UFC que choisir s'attaque au levure de riz rouge dans un cul-de-sac réglementaire

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L'UFC-Que Choisir a tiré le signal d'alarme sur les risques de la vente en libre-service de compléments alimentaires à base de riz rouge, qui sont "au mieux inutiles, au pire dangereux", indique l’association dans un communiqué.  

Procès sans appel pour la levure de riz rouge. Censée réduire le cholestérol, l’association de protection des consommateurs UFC que choisir tire à bout portant sur les fabricants de compléments alimentaires dans son numéro de décembre de Que Choisir Santé. L’organisme a réalisé une étude de dix produits disponibles en pharmacie, parapharmacie et sur internet, contenant cet ingrédient. Chacun revendiquant une action contre le cholestérol.

La levure de riz rouge est un champignon microscopique, que l’on fait pousser sur le riz - d’où son nom. Elle limite la production de cholestérol par l’organisme grâce à la monacoline K, un constituant au nom de code savant agissant directement sur le foie.

« 80% de produits bidons ! »

L’UFC n’y va pas de main morte. La revendication des effets contre le cholestérol avec ce produit est autorisée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA), au-dessus de 10 milligrammes de monacoline K par jour. Or, selon l’analyse des produits, ces derniers n’en contiendraient en moyenne que le tiers (entre 1,6 mg/j à 5,5 mg/j). Pas de quoi fouetter un foie, donc, selon l’association de consommateur.

Mais celle-ci ne s’arrête pas là. Car les deux références qui possèdent suffisamment de monacoline K pour justifier de le marquer sur le paquet rentrent ainsi dans la catégorie très réglementée des produits thérapeutiques. Or, les deux marques ne communiquent pas assez sur les effets secondaires du produit, ni sur les risques encourus. Le site Eurêkasanté, spécialisé dans l’information médicale pour le grand public, met en garde sur les effets de la levure de riz rouge.

« Parce qu’elle contient des statines, peu étudiées pour certaines, la levure de riz rouge doit être utilisée avec les mêmes précautions qu’un médicament. Un suivi médical est indispensable avec un contrôle régulier de l’état du foie par le biais de prises de sang. »

Et ces pilules sont disponibles en libre-service  et « peuvent donc être achetés et consommés en dehors de tout contrôle médical » indique l’association.

« Plus inquiétant encore, nous avons détecté dans deux autres compléments, la présence de toxines potentiellement dangereuses pour les reins. » renchérit-elle.  Elle dénote en plus des « carences sur les contre-indications ».

L’UFC se dit ainsi « déterminée à protéger la santé des consommateurs ». Elle indique aussi avoir saisi la Haute autorité de santé (HAS) et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) pour qu’elle se prononce sur le rattachement de ces produits à la législation médicamenteuse.

Elle a également demandé à la DGCCRF de faire retirer toute référence au cholestérol pour les teneurs inférieures à 10 mg de monacoline K, et d'interdire la commercialisation pour les teneurs supérieures à cette valeur.

Cul-de-sac réglementaire

En conclusion, on assiste à un blocage vis-à-vis de la réglementation des compléments alimentaires. Soit ils possèdent assez de monacoline K pour être estimés efficaces, et doivent alors rentrer dans la catégorie des médicaments, avec une mise en garde adaptée, soit ils possèdent moins de 10 mg de ce constituant et sont jugés inefficace par l’UFC.

Ainsi, où commence l’efficacité ? Un complément alimentaire doit-il avoir la même que celle d’un médicament ? Pris dans la considération de l’UFC, ces pilules deviennent « au mieux inutiles, au pire dangereuses ».

C’est toute la question posée par ce secteur d’ores et déjà en plein chambardement depuis la modification de la réglementation européenne des allégations santé.

1 commentaire

mimi

27/11/2012 12h21 - mimi

J'utilise la levure de riz rouge que j'hachète dans un magasin bio et mon taux de cholesthérol est devenu tout à fait normal.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA