Comtesse du Barry s’offre une cure de jouvence

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le réseau de boutiques de la coopérative agroalimentaire Maïsadour lance un nouveau concept et dépoussière son offre. Avec ce renouveau, cette signature souhaite séduire une cible plus jeune et doubler son chiffre d’affaires d’ici à cinq ans.

«Il fallait moderniser les magasins, nous l’avons fait », résume Jérôme Fourest, le jeune directeur général de Comtesse du Barry arrivé il y a tout juste un an à la tête de ce réseau de boutiques. Les magasins (24 millions d’euros de chiffre d’affaires entre juillet 2013 et juin 2014), qui appartiennent à la coopérative Maïsadour, ne sont pas en bonne posture : ils ont perdu au total près de 30% de leur chiffre d’affaires en moins de dix ans. Jérôme Fourest entend bien redresser la barre et doubler le chiffre d’affaires du réseau d’ici à cinq ans, en attirant dans ses boutiques un public plus jeune. Pour cela, il a repensé toute l’offre et les magasins.

Dans la demeure de la comtesse

L’aboutissement de ce nouveau souffle est visible dans la capitale des Flandres, la première succursale qui a bénéficié du nouveau concept. Moyennant 110 000 € et le rachat de la boutique, qui était auparavant en franchise, Comtesse du Barry s’offre une belle vitrine en plein coeur du Vieux-Lille. La traduction du nouveau concept en magasin donne tout d’abord un lieu plus clair, où le blanc et les sources lumineuses ont été renforcés. Le tout dans un endroit plus chaleureux, car l’idée est d’entrer dans la demeure cosy de la comtesse. Ainsi, secrétaires, étagères claires et tables basses constituent le mobilier de la boutique. Derrière la caisse, une grande affiche donne sur un jardin de château. Touche finale pour le décor, les différents univers en rayons rappellent l’inté-rieur d’une maison : on passe de la tentation du boudoir à la cuisine et à la cave… Le tout avec une touche décalée : sur l’affiche centrale en magasin, des canards errent librement près d’une table joliment dressée. Sur les murs, la comtesse se balade dans une forêt d’artichauts, cache sous sa robe des canards, encore… Deuxième axe de changement pour Comtesse du Barry : moderniser l’offre. L’objectif est de faire grimper le trafic, qui avoisine les 150 000 visiteurs par an. L’offre a donc été clarifiée. Elle s’articule autour de quatre produits principaux : le saumon, le foie gras, la truffe et le caviar.

 

Hédoniste et urbaine

Bien sûr, les coffrets cadeaux demeurent – ils constituent 30% des achats –, Comtesse du Barry veut d’ailleurs devenir le référent sur le cadeau salé gastromique. S’ajoutent à cette logique une ribambelle de produits moins chers et des solutions pour l’apéritif, à l’instar des kits développés depuis 2014. Un moyen pour baisser le montant du ticket de caisse (actuellement autour de 50 €), multiplier les passages en boutiques, et séduire une cible plus « jeune, hédoniste urbaine et sophistiquée », détaille Jérôme Fourest. Au sein de l’offre, la signature Comtesse du Barry s’affirme davantage. La griffe est désormais présente sur 80% de son assortiment fabriqué à la manufacture de Gimont (32), lieu du siège de la société. L’accent est mis sur le Sud-Ouest, quitte à déréférencer les vins de Bourgogne qui ne correspondent plus à l’identité de la boutique. Pour les 20% restants, des artisans locaux seront à l’honneur, à l’instar des confiseries Pécou.

« Nous étions des boutiques sans positionnement clair. Maintenant, on veut être une marque de solutions pour des cadeaux gastronomiques. » Jérôme Fourest, directeur général

Des marques plus connues, comme le chocolatier Michel Cluizel, Alain Milliat ou Conserverie La Belle-Iloise, seront aussi implantées en magasins. Dans ce cas, en plus de leurs best-sellers, des recettes originales pour Comtesse du Barry seront créées et présentées en cobranding. Ce nouveau concept sera déployé dans trois autres succursales avant la fin de l’année à Saint-Germain-en-Laye (78), Dijon (21) et Aix-en-Provence (13). En 2015, cette cure de jouvence concernera les points de vente franchisés. 

Luxe et terroir 

Les deux valeurs véhiculées par la marque. Pour la première, elle s’appuie sur le foie gras, le saumon, le caviar et la truffe. Pour la deuxième, elle privilégie le Sud-Ouest. Quitte à déréférencer ses vins de Bourgogne.

Comme à la maison 

Lille est la première boutique du réseau à bénéficier du nouveau concept, moyennant 110 000 € de travaux. Secrétaires, tables et étagères reconstituent un intérieur cosy.

Baguette Magique 

Le produit phare : des petites terrines colorées qui, une fois empilées, forment des « baguettes magiques ». Cette idée de cadeaux est désormais mieux mise en valeur grâce à un meuble dédié, et des coffrets présentés en magasin.

   

kits pour l’apéro

L’idée de ce vent de nouveautés est de charmer des clients plus jeunes et urbains. Pour les attirer, des kits dédiés à l’apéritif ont notamment été développés.Julie Delvallée

  • 55 Le nombre de boutiques en succursale et franchisées
  • 80 Le nombre de corners en France
  • 80 000 € Le coût total estimé pour rénover chaque boutique avec ce nouveau concept
  • 24 M€ Le chiffre d’affaires entre juillet 2013 et juin 2014
 

Source : Comtesse du Barry

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2344

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA