Concombre : le Loiret investit le rayon

· Les producteurs du Loiret se sont équipés pour mieux servir les plates-formes.

Le concombre (155000 t consommées en 1995, pour l'essentiel au printemps et en été) pointe déjà son nez vert dans les hypermarchés. Le Loiret, première région productrice, se prépare activement. La Société orléanaise de produits agroalimentaires (Sopa, 80 millions de francs de chiffre d'affaires), leader avec 12000 tonnes de concombres livrés sur plates-formes en 1996, vient d'investir 30 millions de francs dans une nouvelle station de conditionnement. Pour les six maraîchers actionnaires (70% de la cueillette locale de concombre), le regroupement des ateliers d'emballage sur un site unique (contre 15 auparavant) permet de substantielles économies. Du même coup, la Sopa renforce ses positions à la vente face aux centrales, françaises et étrangères.

« Cet investissement nous permet d'améliorer la traçabilité de nos produits, souligne Philippe Celaigubel, directeur général de la Sopa. Nous gagnons en homogénéité dans nos livraisons mais aussi en souplesse par rapport aux demandes de nos principaux clients. » Les distributeurs anglais par exemple, réclament des produits de petits calibres, voire des demi-concombres, systématiquement livrés sous films. En France, en revanche, les formats 400-500 et 700-800 grammes, livrés nus en colis de 6 kg, représentent 90% des commandes. Sauf en tout début de saison, où les cours élevés laissent une place aux petits calibres, proposés en produits d'appel.

Avantageuse d'un point de vue logistique - les distributeurs évitent ainsi la gestion de multiples références -, la préférence donnée aux gros calibres freine le développement du marché. Sa dynamique, réelle (+16% en 1996), s'appuie aujourd'hui sur la forte hausse des quantités consommées par ménage acheteur (+1 kilo en sept ans). Or, le taux de pénétration, relativement faible (57%), progresse peu (+2% en neuf ans) : l'absence de choix dans la taille des produits proposés en rayon détourne certains consommateurs, notamment les personnes vivant seules ou les couples sans enfants. Chez les célibataires, l'indice de consommation ne dépasse pas 89, contre 142 pour les familles de trois personnes. Si le concombre bénéficie donc d'une clientèle fidèle, fortement consommatrice, son avenir réside aussi dans sa capacité à conquérir de nouveaux clients. Qu'il faudra séduire
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1527

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message