Marchés

Conférence LSA: le Made-in-France ne déclenche pas d’achat en alimentaire

|

Une centaine de personnes étaient réunies hier à Paris autour de la thématique du Made-in-France. Un plateau relevé et des informations sur le comportement des acheteurs souvent paradoxales.

Conférence Made In France 2013
Conférence Made In France 2013© Laetitia Duarte / LSA

Huit mois après le coup de com d’Arnaud Montebourg avec sa marinière en Une du Parisien, cette conférence était un événement attendu. Les professionnels de la grande consommation étaient réunis pour aborder les différentes thématiques du Made-in-France. Premier constat: le décalage entre les intentions des consommateurs et la réalité liée à leur acte d’achat. 62% d’entre eux se disent attentifs à l’origine des produits selon le Crédoc. 79% des shoppers ont davantage confiance dans une MDD portant un label Made-in-France plutôt que dans une marque nationale. 72% se déclarent prêts à payer plus cher. Et pourtant pour seulement 1% des achats, les Français estiment que un tel logo influence leur prise de décision, selon IRI.

Le local pour l'offre alimentaire

Des différentes interventions ressort un autre point clé: Dans l’alimentaire, la très grande majorité des produits proposés, environ 80%, sont d’origine française. Le débat n’est plus de savoir s’il faut le mettre en avant, mais plutôt de pousser l’offre des produits locaux qui trouvent un très large écho chez les consommateurs. A travers les exemples de Carrefour et d’Intermarché qui ont été détaillés, ce sont les performances des initiatives en magasin qui donnent le ton. Mettre en avant les producteurs sur les étiquettes, comme le fait depuis plusieurs années Le Petit Producteur, ou dans les magasins, est un gage de réassurance pour le consommateur.

Un label se détache

Concernant le non-alimentaire, le débat est tout autre. En fonction des secteurs, qu’il s’agisse des lunettes avec Atol, du textile, des arts de la table ou même des sacs poubelles, les enjeux sont différents. Un label, né il y a 3 ans sous l’impulsion d’Yves Jégo, venu ponctuer les débats avec une allocution fleuve et nourrie, semble s’imposer. 1.000 entreprises y ont déjà souscrit et 3.000 autres sont dans les tuyaux. Cette démarche appuie les industriels à l’export, mais pas seulement. Elle permet de donner une carte d’identité au produit. Ce qui donne aux consommateurs l’occasion d’acheter en ayant une démarche citoyenne. Un message auquel ils sont plus sensibles lorsqu’il s’agit d’un acte d’achat pour ce type de produit.

Les intervenants:

Thierry Cotillard et Anne Saintemarie INTERMARCHE
Gaëlle Le Floch KANTAR WORLDPANEL FRANCE
Frédéric Nicolas IRI
Nicolas Chabanne LE PETIT PRODUCTEUR
Frédérick Bourget LAITERIE LE GALL
Guy Muller MERALLIANCE
Eric Bourgeois CARREFOUR FRANCE
Eric Renard LE PETIT OLIVIER
Philippe Peyrard ATOL
Xavier Riescher GROUPE PANZANI
Christophe Bergamo SPHERE
Emmanuelle de Kerleau COCA-COLA ENTREPRISE FRANCE
David Garbous FLEURY MICHON
Matthieu Lambeaux FINDUS
Mathias Michenaud CORA
Gwanaëlle L’Henoret ARC INTERNATIONAL
Yves Jégo ORIGINE FRANCE GARANTIE

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter