Confinement: "de la folie bureaucratique", selon Jacques Creyssel (FCD)

|

Comme beaucoup, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution, est pour le moins furieux contre le gouvernement et sa méthode de confinement. 

JACQUES CREYSSEL FCD
JACQUES CREYSSEL FCD© © Laetitia Duarte

Sur son compte Twitter, Jacques Creyssel, délégué général de la FCD, parle ainsi de « Folie bureaucratique» et énumère les exemples

«La vente de vêtements pour bébé est autorisée, pas celle des vêtements pour enfant. Le remplacement d’un pantalon déchiré à l’école n’est pas de première nécessité!»,

«Les culottes, slips, chaussettes et collants ne sont pas des produits de première nécessité. Donc interdits à la vente ! »,

«Les livres, le bricolage sont autorisés à la vente, sauf dans les magasins situés dans un centre commercial. Le produit est autorisé mais le magasin est fermé. Encore mieux que les stations de ski sans ski ! » 

«On peut acheter librement une machine à café, mais pas un réfrigérateur qui n’est pas un produit de première nécessité. Visiblement, l’auteur de la liste n’a jamais eu de frigo qui rendait brutalement l’âme !!! »

«Seule bonne nouvelle: l’ouverture des commerces de fleurs et de plantes. Mais au total, des décisions plus dures et encore plus incompréhensibles qu’en mars et en novembre. Un véritable acharnement contre le commerce »

«Dernier point, peut-être le plus grave, toutes ces décisions témoignent d’un terrible manque de respect pour nos commerçants et nos salariés qui ont découvert, en arrivant ce matin, si ils avaient le droit de travaille »

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres