Conflit chez Piazzetta Buitoni

|

Ce qui devait être une flotte de cinquante pizzaïolos peine à trouver sa place sur le marché du commerce non-sédentaire. Le contrat de l'un des huit partenaires vient d'être rompu.

t si Piazzetta Buitoni était juste un concept trop théorique ? Oscar de l'innovation LSA 2003, cette formule de camions à pizzas, lancée en mars par le pôle impulsion du groupe Nestlé France, peine visiblement à trouver son public. Pire, Piazzetta Buitoni rencontre de sérieux problèmes et vient de mettre un terme au contrat de l'un de ses 8 partenaires. Celui-ci, Serge Amalric, ancien restaurateur, a été désigné comme porte-parole par quatre de ses homologues. Objectif déclaré : « Se fédérer au vu des nombreuses difficultés rencontrées depuis le démarrage du déploiement. » Et d'ajouter : « Aucun d'entre nous ne gagne sa vie .»

« Nous avons commis quelques péchés de jeunesse qu'il faut relativiser », tempère Olivier Nouyrit, en charge du projet Piazzetta Buitoni. Mais, outre les nombreux soucis techniques (lire l'encadré ci-contre), le concept en lui-même est également remis en cause.

Une marque trop visible

Alors qu'il visait des emplacements de marchés, certains d'entre eux, comme à Poissy ou à Saint-Germain-en-Laye, refusent sa présence. Le concept y est parfois perçu comme un véhicule promotionnel ou de dégustation gratuite. L'équipe Piazzetta travaille à une signature plus discrète en partenariat avec une municipalité. Elle teste également le concept sur deux parkings de supermarchés Casino du Sud-Ouest, à Toulouse et à Bordeaux. Mais le groupe Nestlé, qui surveille sûrement ce démarrage de près, leur donnera-t-il le temps et les moyens de ce repositionnement ? Olivier Nouyrit semble convaincu que oui.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1840

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous