Marchés

Conflit entre la Sodiaal et les producteurs de lait sur le prix payé

|
sodiaal Candia

Les adhérents de la Sodiaal, première coopérative de lait en France, ont reçu une lettre les informant que le prix du lait leur serait payé 5 euros de moins les 1000 litres (volume A) et un prix amputé de 15 euros par rapport à la valorisation beurre poudre déterminée par l’interprofession. « La décision de Sodiaal de baisser le prix du lait à ses producteurs, en s’affranchissant des tendances définies par l’interprofession, n’est pas acceptable », indique la Fédération nationale des producteurs laitiers. La Sodiaal, qui partage la marque Yoplait avec le groupe General Mills, affronterait des difficultés financières , alors que les résultats de l’année 2011 présentés en juin étaient positifs.
La raison des difficultés de la coopérative tiendrait à un marché du lait de consommation «perturbé» par des volumes disponibles en hausse et des prix en baisse. Il n’est pas impossible que le retour en grâce de Lactalis chez Leclerc, qui permet à l’entreprise de Laval de reconquérir de la part de marché, diminue celle de Sodiaal. La FNPL « demande de toute urgence » que l’interprofession se saisisse du dossier et veut que les acteurs de la filière lait de consommation se réunissent avec la grande distribution pour trouver des solutions. « A de multiples reprises,  nous avons alerté sur cette délicate situation du marché du lait de consommation. Il devient intolérable que les négociations tarifaires entre les entreprises et la grande distribution se soldent systématiquement par des baisses de prix payés aux éleveurs ». 
La baisse de prix proposée par Sodiaal intervient au moment même où les prix de l’aliment du bétail augmentent en raison de la hausse des cours des matières premières. Le prix du lait en France est déterminé sur la base d’indications élaborées à partir de savants calculs sur les cours du lait en France et en Allemagne, ainsi que sur les cours du beurre et de la poudre de lait à l’international. Ces indications ne sont toutefois pas une contrainte : l’Autorité de la concurrence a démantelé, en 2008, le système de prix qui était fixé au niveau national par l’interprofession, au nom des pratiques anticoncurrentielles. Depuis, le ministère de l’Agriculture a imposé des contrats sur cinq ans entre les éleveurs et les entreprises privées, qui fixent les volumes et les prix, mais ce système n’est pas applicable aux coopératives…ce qui nuit à la concurrence !
« Alors que les éleveurs laitiers sont confrontés à une forte hausse de leurs charges d’exploitation, Sodiaal agit au mépris de l’intérêt de ses sociétaires, bafouant les valeurs de la coopération. Ceux qui nous expliquent que les coopératives doivent voir plus loin que la finance, devraient balayer devant leur porte », indique le communiqué cinglant de la FNPL…

1 commentaire

CHAUSSETTE

21/09/2012 20h15 - CHAUSSETTE

Je suis étonnée du conflit qui oppose les agriculteurs à Sodiaal. En effet, nous sommes dans un GIE dans le 49 et nos prix ont baissé de 90 euros certains mois mais personne n'a relevé. Depuis en tant que GIE, nous avons signé des CONTRATS avec des groupes privés très connus. Ils ont fait un appel d'offres et nous avons eu gain de cause en baissant nos prix... Nous étions les mieux offrants. Un avantage, nous n'adhérons pas à la FNL et à aucun syndicat donc pas de vagues avec nous... Les GIE vont être des groupes qui vont compter sur le marché du lait... Nous nous adaptons au marché mais combien de temps ??? Une réflexion devrait être menée.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter