Conflit Marionnaud vs CEPL : les salariés, déboutés par le tribunal, feront appel

|

Dans le conflit qui oppose la chaîne de distribution sélective Marionnaud avec les salariés de son sous-traitant logistique CEPL, le tribunal de grande instance de Paris a rendu son verdict. Dans un jugement de 22 pages, le tribunal « met hors de cause » le distributeur et « déboute » les salariés.

Dans le cadre d’un nouvel appel d’offre de sous-traitance logistique, perdu par CEPL au profit d’ID Logistic, et qui conduira à la fermeture d’un des sites de l’entreprise à Courtaboeuf et à la suppression de 75 postes. Les salariés accusaient le distributeur de manquer à ses obligations en ne reprenant pas leur contrat de travail.

L’activité logistique de Marionnaud avait été externalisée en 2006. Cependant, « Les contrats de travail des salariés affectés à l'activité en cause ne peuvent être transférés à la société Marionnaud » affirme la décision de justice. Impossible donc, au regard du jury de contraindre l’enseigne à « réinternaliser une activité qu’elle a décidé de confier à des prestateurs extérieurs ».

Les salariés, qui se disent « dépités », ont décidé de faire appel de la décision. Ils avaient tenté de démontrer lors de l’audience que Marionnaud s’était comporté en tant que co-employeur du sous-traitant, car il en était quasiment le seul client.

De son côté, Marionnaud annonce dans un communiqué « prendre acte de la décision du tribunal qui ne fait que confirmer que l'enseigne a toujours veillé au respect des dispositions légales dans le cadre du changement de prestataire logistique ».

Le contrat qui lie les deux entités prendra fin dans moins de 3 semaines, fin avril.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message