Confusion autour d’un éventuel projet de rapprochement entre Casino et Carrefour

|

Carrefour dément avoir sollicité Casino en vue d’un rapprochement. Proposition que le groupe présidé par Jean-Charles aurait pourtant examinée et rejetée.

Le groupe Casino présidé par Jean-Charles Naouri est, depuis plusieurs mois, très attaqué en Bourse.
Le groupe Casino présidé par Jean-Charles Naouri est, depuis plusieurs mois, très attaqué en Bourse.

Guerre de communiqués ce lundi 24 septembre 2018 au matin entre Carrefour et Casino. Ce dernier affirme avoir été "sollicité depuis quelques jours par Carrefour en vue d’une tentative de rapprochement" et décidé à l’unanimité de son conseil d’administration réuni le 23 septembre "de ne pas donner suite à cette approche."  Le distributeur indique également qu'il "observe également que celle-ci est faite alors que le marché du titre Casino a fait l’objet de manipulations spéculatives coordonnées à la baisse d’une ampleur inédite depuis plusieurs mois", et ajoute qu'il "entend ainsi mener toutes les actions nécessaires pour défendre l’intérêt social et l’intégrité du groupe, facteur de succès de cette stratégie"

Carrefour de son côté "dément avoir sollicité Casino et s’étonne que l’on ait soumis au conseil d’administration de Casino une proposition de rapprochement qui n’existe pas." Le groupe présidé par Alexandre Bompard précise que "concentré sur l’exécution de son plan de transformation 2022, Carrefour examine les voies de droit à sa disposition à même de faire cesser ces insinuations inacceptables."  Et ajoute que "les difficultés auxquelles sont confrontés le groupe Casino et son actionnaire de contrôle ne peuvent justifier des communications intempestives, trompeuses, et dénuées de tout fondement". Qui dit vrai, qui dit faux? L'AMF (L’Autorité des marchés financiers) va probablement devoir plancher sur ce dossier. Et attendant la réponse, la guerre est visiblement déclarée entre Carrefour et Casino, alors que le cours du titre Casino ne cesse d’osciller.

Un cours de bourse assez bas qui fait naître les spéculations

Après avoir touché un plus bas depuis plus de 20 ans début septembre autour de 26,5 euros, sur fond d’inquiétudes sur la capacité de Casino à faire face à ses échéances financières, le titre a repris de l’allant (autour de 36 euros aujourd’hui). Même en tenant compte de cette hausse, la capitalisation du groupe n’atteint que quatre milliards d’euros environ, ce qui en fait une proie facile. A condition d’être intéressé. Sur le papier, Casino et Carrefour présentent des similarités, et des complémentarités géographiques. Les deux groupes sont présents au Brésil, et surtout en France, ou ils sont multiformats et très présents sur la proximité, notamment en région parisienne. Ce qui poserait de sérieux problèmes dans l’hypothèse d’un rapprochement. Le conseil d’administration de Casino a ainsi "constaté les obstacles, en France et au Brésil, au rapprochement avec Carrefour, en particulier en matière de concurrence et d’emplois". Une hypothèse qui, rappelons le, a été vigoureusement démentie par Carrefour.

La seule chose qui est certaine, et reconnue par les deux groupes, est la tenue d’une rencontre le 12 septembre entre Jean-Charles Naouri, pdg de Casino, et son homologue de Carrefour Alexandre Bompard. Le contenu et la teneur des échanges lors de cette réunion organisée sous le regard du conseiller économique Alain Minc, n’ont eux pas été dévoilés.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres