Congrès LSA de la franchise et des réseaux : les principales déclarations

|

LSA réunissait, le 4 novembre 2015, son deuxième congrès de la franchise et des réseaux à Paris. Au programme : 25 intervenants, professionnels et experts, issus du commerce, de l’hôtellerie et de la restauration essentiellement. L’occasion, pour nous, de revenir sur quelques-unes des déclarations principales de la journée.

LSA organisait, le 4 novembre 2015, son deuxième Congrès de la franchise et des réseaux, à Paris.
LSA organisait, le 4 novembre 2015, son deuxième Congrès de la franchise et des réseaux, à Paris.© Fotolia/Rawpixel.com

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Manuel Biota, directeur franchise et nouveaux formats Fnac

"L’avantage de la franchise est à regarder dans la rapidité d’exécution. Nous avons désormais 33 magasins Fnac en franchise, et cela nous permet d’installer notre marque dans des zones nouvelles et sur des formats nouveaux. Et l’élément clé, dans chacun de ces points de vente, est de savoir pouvoir compter sur des profils de commerçants, rompus à l’exercice du métier, bien plus que sur des profils d’investisseurs."

Jean-Louis Mochamps, directeur affiliation et développement Beaumanoir

"Le modèle de la franchise permet d’aller vite, mais il ne faut jamais confondre vitesse et précipitation. Il y a, en gros, trois âges à la franchise. Le premier est celui du démarrage : on a la voiture, on choisit les pilotes pour monter dedans. Le deuxième est celui du développement : on veut aller vite, parce que plus l’on recrute, plus on écrase ses coûts fixes. C’est dans cette phase, souvent, que l’on commet des erreurs, un mauvais recrutement, un mauvais maillage, des franchisés qui prennent trop de libertés, etc. C’est donc là qu’il convient d’être le plus agile, en se montrant capable de repérer, et réparer, ces erreurs le plus vite possible. Le troisième âge est ensuite celui de l’animation d’un réseau important, structuré, mature."

Grégory Clément, dirigeant associé de Bagel Corner

"Nous avons ouvert notre premier restaurant en 2011, avant de nous lancer dans la franchise à partir de cette année 2015. Nous disposons ainsi de 20 restaurants aujourd’hui, avec un objectif fixé à 100 points de vente. La franchise permet de se développer rapidement mais, pour que tout se passe bien, il y a trois conseils de base à bien respecter. D’abord, savoir s’entourer pour animer son réseau et assurer le suivi des franchisés. Ensuite, préparer un contrat béton pour être absolument inattaquable et tout prévoir, même le plus improbable. Et enfin, avoir un conseil en franchise pour gérer efficacement une tête de réseau."

François-Luc Simon, avocat associé de Simon Associés

"Toute la difficulté, dans un contrat de franchise, est de savoir se projeter à dix ans, afin de faire face à toutes éventualités quand le réseau sera devenu important. C’est difficile, cela peut même paraître futile quand on se lance, mais c’est pourtant bien ce qu’il convient de faire."

Steeve Burggraf, président de Big Fernand

"Nous avons une vingtaine de restaurants aujourd’hui, nus en auront 40 en 2016. Rien que l’année dernière, nous avons eu entre 2500 et 3000 demandes pour nous rejoindre. Nous avons donc ce luxe fou de pouvoir nous montrer sélectif. Mais, quand bien même cela n’aurait pas été le cas, nous avons conçu d’emblée un contrat de franchise extrêmement dur pour être sûr de tout prévoir : c’est-à-dire envisager la rupture alors même que nous n’en sommes encore qu’au début de notre aventure commune."

Clément Delpirou, directeur général délégué du groupe Infopro Digital (groupe auquel appartient LSA)

"Le candidat à la franchise est dans 70% des cas un homme, suivant les résultats de notre étude 2015 sur les profils et les attentes des candidats à la franchise. Il a entre 35 et 49 ans dans 49% des cas, est en couple deux fois sur trois, et était autrefois salarié d’une entreprise dans 40%."

Benoît Lahaye, président d’Attila Système, entreprise spécialisée dans la toiture

"80% de notre chiffre d’affaires, qui sera de 34 millions d’euros en 2015, se fait via du BtoB. Nous avons aujourd’hui 55 agences en France, et tout l’enjeu est de savoir faire d’un métier d’artisan un métier de managers également. C’est pourquoi nous avons par exemple 25 personnes au siège pour accompagner le réseau : il est très important d’être staffé en conséquence pour être certain de pouvoir bien faire notre travail."

Charles Dauman, directeur de Shiva

"Shiva est née il y a treize ans maintenant, au sein du réseau Acadomia, avec finalement le même principe : celui d’envoyer quelqu’un dans un foyer. Ici, non pour du soutien scolaire, mais pour faire le ménage. Nous avons 30.000 foyers clients chaque jour, pour 2 millions d’heures de ménages effectuées chaque année, et ce via 120 agences et 5000 employés envoyés dans les maisons. D’ailleurs, puisque faire entrer des inconnus dans des maisons est forcément problématique, nous présentons en cette fin 2015 un projet de serrure connectée, qui ne s’ouvre que grâce à un code et durant un laps de temps donné et configuré à l’avance. Plus de risques, ainsi, de voir ses clés confiées à n’importe qui, ou perdues."

Laurence Paganini, directrice générale de Kaporal

"Kaporal est une marque née à Marseille en 2004, qui s’ouvre à la franchise depuis un peu plus d’une année maintenant. Nous avons ainsi aujourd’hui 23 partenaires, dont 14 en France métropolitaine et 8 dans les Dom-Tom, en plus de du réseau multimarques qui nous référence, soit plus de 1500 points de vente. Notre volonté est de pousser de plus en plus notre propre réseau retail, avec un objectif de 40% de notre chiffre d’affaires réalisés par ce biais dans les trois ans (soit d’ici 2018, Ndlr)."

Alexandre Maizoue, directeur général de La Pataterie

"Pour prendre une décision, il faut être un nombre impair de personnes, et trois c'est déjà trop, disait Georges Clemenceau. Ce bon mot s’applique finalement assez bien à la franchise également."

Franck Mathais, directeur exécutif communication corporate du groupe Ludendo-La Grande Récré

"Environ 20% des ventes de jouets se font en digital désormais."

Sébastien Legoff, vice-président développement McDonald’s France

"McDonald’s, c’est aujourd’hui 1367 restaurants en France, pour 662 millions de visites et 4,57 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014. Le service à table est en place dans 1000 de nos McDonald’s français déjà. Nous ouvrons entre 40 et 50 restaurants chaque année, et disposons encore d’un potentiel de 400 ouvertures. Soit dix ans de développement devant nous, au minimum. Nous limitons, sauf cas exceptionnel, notamment dans les grandes villes, le nombre de restaurants par franchisés à 6 ou 7 maximum, afin d’éviter de se retrouver avec ce qui pourrait être un Etat dans l’Etat."

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message