Marchés

Conjoncture : Le bricolage marque le pas

|

La place de plus en plus importante que retrouve le domicile dans les préoccupations des Français ne suffit pas à redonner des couleurs aux ventes d'articles de bricolage. « Nous observons un ralentissement du marché, qui a marqué le pas ces six derniers mois, a noté Gilles Caille, président d'Unibal, lors du symposium de l'Union nationale des industriels du bricolage, du jardinage et de l'aménagement du logement, qui se tenait au mois de décembre. Il possède néanmoins de fortes capacités de résistance. C'est un marché mature dans son organisation, mais immature dans le passage à l'acte, pour transformer les désirs du client. »
Avec près de la moitié des visiteurs de magasins de bricolage qui en repartent sans achat, les marges de progression sont énormes. Et c'est ce potentiel inexploité qui est revenu dans de nombreuses discussions, plutôt que des lamentations sur la situation actuelle. Les difficultés économiques peuvent même donner lieu à des situations paradoxalement enviables. C'est le cas des alarmes (ventes en hausse de 17 % en 2012, de 7,5 % en 2011). Une autre piste a recueilli toutes les approbations, celle de la simplification de l'offre et de sa présentation (notices, modes d'emploi), la complexité actuelle étant un sérieux frein au déclenchement de l'acte d'achat.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter