Cool et bizarre à la fois, voici le Goodweird [Infographie]

|

Goodweird, c’est le nouveau mot à la mode pour décrire un phénomène qui touche aussi bien la consommation que la culture. Bizarre mais sympa, telle pourrait être la traduction française de ce que certains considèrent comme un véritable état d’esprit. 

Attention, voilà le Goodweird, un savant dosage entre cool et étrange...
Attention, voilà le Goodweird, un savant dosage entre cool et étrange...© vladstar - Fotolia.com

Encore un terme anglo-saxon qui a besoin d’une petite explication ! Good (bien, sympa) et weird (bizarre, étrange) ne sont pas deux mots incompatibles, loin de là. Goodweird, c’est un mot qui s’applique aussi bien à un objet qu’à une situation, voire à une personne et même à une application. Etrange et sympa à la fois, bizarre mais cool, telle pourrait être la traduction de ce terme que certains définissent comme une véritable norme sociale à venir. C’est notamment le cas de la marque Lenovo, qui vient de réaliser avec l’institut Opinionway une enquête auprès de 1 053 personnes réalisée à la fin du mois de juillet 2015 afin de connaître la perception et le sens de ce mot, à découvrir ci-dessous via une infographie et des exemples illustrés. 

Mais qui est véritablement touché par ce phénomène, encore confidentiel ? "Derrière ce mot, il y a quelque chose de spécifique à la Génération Y, analyse Nathalie Damery, Présidente de l'ObSoCo*. A travers le Gooweird, celle-ci accède à une expérience nouvelle, ludique et un peu gadget, trois idées qu'elle affectionne particulièrement". En effet, cette génération connectée et informée est à l'affut des moindres nouveautés, qu'elle peut par ailleurs acheter puisqu'elle dispose d'un certain pouvoir d'achat. Le Goodweird va-t-il devenir LE phénomène de société de demain ? "C'est un phénomène qui est tout sauf utile et innovant, puisqu'il recycle des objets à connotation patriarcale, comme le noeud papillon ou les chaussons", poursuit la sociologue. En termes de business, la tache risque d'être ardue pour les marques. Comment vont-elles développer un marché de produits dont l'essence-même est l'originalité et le côté décalé ? "Je doute que les adeptes du Goodweird aient envie de copier leurs voisins, et un effet de mode serait difficile à rentabiliser, en tout cas sur le moyen terme", conclut Nathalie Damery. En attendant, la marque Lenovo a réussi, en montrant qu'elle maîtrisait ce phénomène auprès de ses consommateurs, à faire parler d'elle...

Le vêtement le plus Goodweird

La personnalité la plus Goodweird

L’infographie complète

*Observatoire Société et Consommation

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter