Marchés

Coop de France rejoint l’Ania sur l’état des négociations commerciales

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Depuis que l’Ania a sonné un coup de clairon en début de semaine contre les distributeurs, les différentes fédérations et associations de producteurs lui emboîtent le pas.

Philippe Mangin

C’est au tour de Coop de France, qui rassemble 2.850 entreprises agricoles françaises d’en appeler à Benoît Hamon, ministre délégué à la consommation, pour qu’il "permette de réaffirmer le principe d'une vraie négociation entre des milliers de producteurs et sept distributeurs" dans le cadre de son projet de loi sur la consommation.

Coop de France dénonce "cette course folle aux prix toujours plus bas et ce, alors que loin des caméras et dans une tension extrême, s’achevaient de façon non satisfaisante dans le secret des boxes des distributeurs, les négociations commerciales."

Au bout d'un système "pernicieux"

Philippe Mangin, à la tête de Coop de France, a rencontré plusieurs distributeurs à l’occasion du salon de l’agriculture et se dit le témoin "de la guerre sans merci que se livrent certaines enseignes". Par "certaines", il se démarque de Jean-René Buisson, président de l’Ania qui parlait lui "de l’ensemble des distributeurs". Il en appelle lui aussi aux pouvoirs publics : "Nous sommes arrivés au bout d’un système pernicieux et destructeur de valeur. Sans signal fort des pouvoirs publics pour soutenir l’agriculture et l’agroalimentaire, la France, pour de nombreuses productions, sera en risque de pénurie alors même que l’attente des consommateurs exprimée au salon de l’agriculture se porte sur l’origine."

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA