Coop de France se mobilise pour l’application de la loi consommation

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

LÉGISLATION - LOIS Les coopératives agroalimentaires entendent organiser des rencontres avec la distribution pour opérer à un « décryptage opérationnel » de la loi consommation promulguée le 17 mars et qui doit entrer en vigueur en juillet pour la partie relations commerciales. Avec des rencontres avec les distributeurs....

Philippe Mangin veut que les coopératives s'emparent de la loi consommation pour sa phase opérationnelle
Philippe Mangin veut que les coopératives s'emparent de la loi consommation pour sa phase opérationnelle

Loi consommation, phase 2, celle de l’analyse et de l’application, dont il n’est pas écrit qu’elle sera si facile. C’est pourquoi le président de Coop de France, Philippe Mangin, appelle ses coopératives qui représentent 40 % de l’agroalimentaire français, avec 84 milliards d’euros de chiffre d’affaires, à s’emparer au plus vite du texte pour en «appréhender au mieux les conséquences opérationnelles».

Encore des interrogations sur le mise en oeuvre  

Le lobby agroalimentaire prévoit de mettre en place « un décryptage opérationnel des mesures, des réunions d’informations, des formations dédiées, des rencontres opérationnelles avec les enseignes de la distribution et des guides pratiques ». Philippe Mangin se dit satisfait de certaines dispositions  comme la réaffirmation de la primauté des CGV, la précision du contenu de la convention annuelle, l’encadrement des NIP et la publicité des sanctions administratives. « Pour autant, d’autres dispositions suscitent des interrogations quant à leur mise en œuvre, comme le formalisme de la clause de renégociation ou l’effet dissuasif des sanctions ».

Recréer de la valeur

Il a même constaté des  « divergences de lecture entre la distribution et les industriels qui ont déjà été identifiées, lors de la conférence LSA qui s’est déroulée mardi 25 mars, à laquelle Coop de France était partie prenante (avec la FCD, la Feef, l’Ilec, ndlr). Il faut espérer que cela n’entraînera pas de nouvelles pratiques abusives ». Philippe Mangin ajoute que la loi ne résoudra pas tout, « le challenge principal dans le contexte de déflation actuel est de recréer de la valeur par une responsabilisation des partenaires économiques. L’enjeu de sécurisation des approvisionnements, de valorisation des produits locaux et de pérennisation des filières françaises, marques de fabrique des coopératives, nécessite une volonté des partenaires économiques pour construire un projet partagé ». Certes, mais il faudra tout de même bien connaître la loi pour aborder les négociations 2015…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA