Cooperl va vendre le premier jambon cuit français en Chine !

|

Le principal abatteur de porcs en France, Cooperl, a lancé l’an passé sur le marché français un jambon 'bien élevé sous la marque Brocéliande. Il va maintenant commercialiser ce même produit en Chine dans une enseigne haut de gamme. C’est la première fois qu’un jambon cuit français va être vendu dans ce pays. 

C'est ce produit que Cooperl, sous la marque Brocéliande, va vendre chez le distributeur chinois Sinodis.
C'est ce produit que Cooperl, sous la marque Brocéliande, va vendre chez le distributeur chinois Sinodis.

Une grande première. Il y a tout juste un an, trois entreprises spécialisées dans la charcuterie obtenaient un précieux sésame inédit : une autorisation pour vendre leurs produits en Chine. Une première pour les industries de charcuterie, qui ont souvent vu porte close pour vendre dans ce pays…Parmi elles, Cooperl, le plus gros abatteur de porcs en France (chiffre d’affaires : 2,1 milliards d’euros) a obtenu ces autorisations administratives. Un an plus tard, il décide de commercialiser dans ce pays un tout jeune succès sorti sur le marché français : son jambon cuit 'bien élevé'

Dès juillet en magasin

A l’occasion du du SIAL de Shanghaï, qui s’est déroulé au début du mois de mai, un accord de coopération a été signé pour la commercialisation de ce produit avec le distributeur Sinodis, une enseigne de produits haut de gamme. Quatre références de jambons  issus de porcs nés, élevés et transformés en France seront commercialisées dès juillet 2015. « Les groupes tests organisés par la marque auprès de consommateurs chinois ont montré que ces derniers étaient sensibles et enthousiasmés par la texture et le goût de nos produits » commente Thierry du Teilleul, directeur marketing de la marque.

« La maîtrise de la traçabilité de la fourche à lafourchette a constitué un atout important auprès des autorités chinoises » ajoute encore la griffe. Les autorités chinoises se sont en effet rendues sur le site de production à Villers-Bocage (Calvados) pour s’assurer de la conformité des process.

Le groupe Cooperl prévoit l’exportation 50 tonnes de produits pour 2015 pour un chiffre d’affaires estimé de 10 millions de Yuans (soit 1,45 millions d’euros) Il vise 200 tonnes dès l’an prochain.

La Chine, un potentiel énorme pour le porc français

Si les objectifs semblent ambitieux, c’est parce que les Chinois, soit 1,36 milliard d’habitants, raffolent des produits porcins. Le porc est en effet la première viande qu'ils consomment (39 kilos par habitant et par an contre 34 kilos en France). A ce jour, trois entreprises françaises peuvent commercialiser des produits de charcuterie sur ce territoire : Delpeyrat, les salaisons de Rouergue et Cooperl. Demain, ce pays pourrait constituer un eldorado de choix pour une filière française en panne de croissance, qui exporte surtout, à l'heure actuelle, en Europe.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter