Cora accueille les musées de Strasbourg

Du 27 avril au 12 mai, en collaboration avec les neuf musées de la ville, l'hyper strasbourgeois veut bonifier son image, tout en favorisant l'accès à la culture.

Pendant deux semaines, le Cora de Mundolsheim sera mis au service des musées de Strasbourg. Comme l'hypermarché sera dans la période des Corafolies, l'animation culturelle se concentrera dans le hall, afin de bien dissocier la dimension commerciale du magasin du souci de rapprocher ses clients de l'Art. Les verrières du hall d'accueil seront occultées de façon à favoriser la perception de la Kokibulle conçue par le cabinet d'architecture parisien Zelphis. « Il s'agit d'une structure bombée, où une toile luminescente, éclairée par 10 projecteurs mobiles, s'arc-boute sur une ossature de 12 mètres de long, 7 de large et 5 de hauteur », décrit Sophie de Hautecloque, sa conceptrice.

Les visiteurs sont conviés à une découverte ludique. Une oeuvre spécialement créée pour l'événement sera exposée dans la Kokibulle.

Des salariés impliqués

L'originalité provient de la manière dont le partenariat a été initié. Pendant près de un an, des collaborateurs de Cora Mundolsheim ont été conviés à participer à la préparation de la quinzaine. Ainsi, une soixantaine d'entre eux ont choisi une oeuvre dans les collections des musées. Des reproductions de ces pièces seront exposées dans la bulle et accompagnées de photographies de chacun de ces employés, réalisées par l'artiste Bertrand Gondouin.

Des animateurs du service éducatif des musées seront également présents pour répondre aux sollicitations de la clientèle. « Nous espérons inviter le public à redécouvrir l'art en général et le riche patrimoine muséographique de Strasbourg », explique Bernard Zwisler, directeur du magasin.« Nous avons pour ambition de nous orienter dans une direction valorisante pour nos clients comme pour notre image de marque. Grâce à cette initiative, nous espérons être perçus comme autre chose que des usines à vendre . Cette opération est destinée à promouvoir les musées et pas le magasin, insiste-t-il. Nous ne prévoyons pas pour l'instant de modifier nos rayons Beaux-Arts ou librairie, par exemple, sauf si une demande spécifique se manifeste.»

Ce partenariat s'inscrit dans une série d'actions prises par l'hypermarché pour s'intégrer à la vie locale. En 1999, il avait remis un chèque de 68 602 EUR au Samu social de Strasbourg, fruit de la vente de figurines à prix modique. L'an passé, 100 ordinateurs avaient été remis à des écoles de quartiers difficiles de la région.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1720

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA