Cora Dornach : une halle plaisante et pratique

Le deuxième Cora de Mulhouse achève son remodelage. La halle, le nouvel espace frais, en est un des joyaux. Les gammes évoluent peu, mais le décor, l'ambiance et le confort d'achat devraient améliorer la vie des ménagères.

La fin des grands travaux de Cora Dornach est prévue en mai, mais l'alimentaire se termine. La halle des produits frais est, de loin, le département le plus spectaculaire, surtout au niveau de la forme. Vieillot, l'hypermarché avait à se remettre à niveau sur des réaménagements, tels que l'agrandissement des allées ou l'ouverture des laboratoires. C'est par le « look », l'espace, la décoration, la mise en couleurs et en lumière que ce marché du frais se distingue.

Marcel Buhler, le directeur, ne cache pas avoir repris beaucoup d'idées venues aussi bien des Cora que de la concurrence. Mais il a réussi, avec l'architecte interne et l'agence Consumédis, à donner personnalité et originalité à la halle. L'espace (2 000 m2) a désormais sa propre entrée, avec des caisses « spécial panier ». La démarche de Marcel Buhler vise à faire gagner du temps à ses clientes, jusqu'à 20 %, estime-t-il. « Grâce aux univers, à plus de contacts, de services, de professionnalisme et de confort d'achat. »

Mélange équilibré de modernité et de tradition, l'ambiance de la halle offre une grande cohérence. D'abord par son décor, pourtant simple : des arches stylisées délimitent l'espace. Plus bas, des faux plafonds, qui supportent la signalétique, courent au-dessus des stands muraux, dissimulant des néons qui émettent une couleur spécifique derrière chaque rayon.

Les rampes de néon ont disparu du plafond peint en vert olive. Elles sont remplacées par deux sources de lumière : de grands abat-jour verts pour un éclairage plus discret des allées et des spots halogènes, ciblés sur les stands. « Parce que les vraies vedettes sont les produits », insiste Marcel Buhler. Le rayon boulangerie, placé sciemment à l'entrée, est avec les fruits et légumes un des plus réussis. 90 % des pains sont cuits dans le four à sole. « Même le 400 grammes classique », note le chef de département, qui ne jure que par la qualité.

Sa première vente n'est pas la baguette ordinaire, mais le Pointu, proche de la Banette, vendu 0,99 EUR. Le rayon propose 8 pains bio et 40 spéciaux, le dernier-né étant l'Égyptien (30 % de farine de kamut, une céréale ancienne).

Un îlot central (pas terminé) regroupera des bancs de repos, une fontaine à eau et un rappel des affichages de numérotation des rayons coupe.

Entre la pâtisserie et la poissonnerie, le traiteur chaud décline 14 plats cuisinés à réchauffer, 8 références en rôtisserie et des plats du jour. La poissonnerie, répartie sur 4 îlots, ne passe pas inaperçue avec ses faux glaçons bleu fluo. Original. Pour ne pas créer de doublon avec les filets vendus au détail, le stand libre-service propose une gamme spéciale sans arêtes.

L'orphelin de Mulhouse

Après deux ans de travaux, l'hypermarché s'est agrandi de même que son parking (1 500 places aujourdui). « Il ne reste que quelques piliers de l'ancienne structure, constate Marcel Buhler. Il était temps : « J'étais l'orphelin de la ville », plaisante-t-il. De Carrefour à Auchan, de Leclerc à Super U, toutes les grandes surfaces environnantes ont été rénovées ou agrandies depuis 1996.

Son objectif vise à faire mieux que les autres, en proposant à la clientèle du sud de Mulhouse « l'offre la plus pro et le choix le plus large en non-alimentaire ». Il est d'autant plus optimiste que la nouvelle rocade sud et ouest, prévue pour 2005, rendra très facile l'accès au centre commercial. « L'explosion du magasin » ne se produira que dans trois ou quatre ans, avec un potentiel de chiffre d'affaires de 120 millions d'euros. Avec les travaux, le magasin a vu s'évader beaucoup de clients et le chiffre a régressé de 9 % en 2001. Le basculement est attendu en mai. Marcel Buhler table alors sur une hausse de 30 % : « C'est le minimum avec ce qu'il faut rattraper de l'année dernière. » Il n'a pas l'air inquiet. Son magasin est armé pour faire face.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1757

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous