Cora : une direction générale proche du terrain

La direction générale de Cora se limite à quatre membres. Chaque directeur exécutif est chargé d'une vingtaine de magasins et de diverses missions transversales. Leurs principes : transparence et autonomie collective.

Il n'y a pas si longtemps, les directeurs de magasin Cora étaient fiers de dire qu'ils étaient en prise directe avec leur PDG. C'est encore presque vrai, si ce n'est que Philippe Bouriez a pris un peu de distance. La direction générale, dont l'organigramme n'a été formalisé qu'en 1997, conserve une structure légère, horizontale et directe. À sa tête : Jacques Bouriez, le vrai patron opérationnel. Il est épaulé par trois directeurs généraux exécutifs (les ex-directeurs en mission, surnommés autrefois les « pères missionnaires »). « Nous fonctionnons de façon autonome, mais nous échangeons constamment nos points de vue, c'est une sorte d'autonomie collective », explique René Biotti, l'un des trois directeurs généraux, avec Bernard Sepulchre et Claude de Guibert. L'originalité et la pertinence du management de Cora résident dans leurs attributions et leurs différentes missions. Chaque manager suit de près un groupe volontairement hétérogène de 20 magasins : « C'est un peu comme si chacun de nous avait un panel représentatif de magasins, dans lequel toutes les tailles, toutes les typologies d'hypermarchés, toutes les zones de chalandise et toutes les régions sont représentées », explique René Biotti. Chez Cora, on voit beaucoup d'avantages à ce système : pas de cloisonnement entre petits, moyens et gros magasins ; pas de tentation de s'approprier les hommes ; pas de fiefs régionaux. Avec Philippe et Jacques Bouriez, les directeurs généraux exécutifs participent aux grandes décisions d'orientation. Ils conduisent les carrières des directeurs, auxquels ils rendent visite au moins trois fois par an : « Ce n'est pas la direction qui descend dans le magasin. Nous sommes là pour faire remonter des informations, propager l'innovation mais aussi pour étudier les demandes d'investissements, analysées en collégialité et en toute transparence. » Chaque directeur exécutif est chargé de plusieurs missions, consistant à superviser des grandes entités produits ou techniques. Ils pilotent les hommes et suivent le développement des secteurs sur les plans opérationnel et stratégique. Bernard Sepulchre est, entre autres, chargé du marketing et de la marque de distributeur ; Claude de Guibert de l'expansion et de la publicité, René Biotti de la logistique, de l'informatique, de la direction technique En outre, chacun d'eux supervise quatre ou cinq files, elles-mêmes animées par des directeurs de magasin. Le temps qui leur reste est consacré aux réunions plénières, mixtes, de groupe et de direction générale. Selon René Biotti, grâce à sa hiérarchie courte, une telle structure permet « de préserver une grande unité dans Cora, tout en laissant une liberté d'action aux directeurs. Il n'y a pas de baronnie chez nous. Nous ne nous tirons pas dans les pattes ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1636

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message