Coralis choisit Agrial et Eurial

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les mouvements continuent dans l'univers des coopératives. Le groupe coopératif breton Coralis est entré en négociations exclusives avec les groupes Agrial et Eurial pour constituer un nouveau pôle laitier plus puissant dans le Grand-Ouest.

Jean-Yves Rissel, président de la coopérative Coralis, lors de l’annonce de la fusion.
Jean-Yves Rissel, président de la coopérative Coralis, lors de l’annonce de la fusion.

Mariage à trois. Coralis a choisi de s'unir avec la coopérative Agrial et le groupe Eurial. Objectif ? Donner naissance à un pôle pérenne et fort sur le Grand-Ouest. Un projet qui date de quelques mois déjà. Coralis, spécialisé dans la collecte et la transformation laitière pour sa marque Agrilait, mais également dans les productions végétales et de nutrition animale, avait engagé depuis avril, porté par son nouveau conseil d'administration, des consultations auprès de plusieurs opérateurs, dont Sodiaal et Laïta en vue d'un adossement.

« Nous souhaitions nous rapprocher d'un groupe pour construire un projet dans la durée, confie Jean-Yves Rissel, président de Coralis. On a choisi la meilleure proposition, celle d'Agrial-Eurial, qui prenait en compte l'ensemble de nos filiales, activités et, surtout, qui permettait la survie de notre site de Cesson et de ses employés. »

Problème de rentabilité

En effet, la coopérative basée à Rennes (Ille-et-Vilaine) était en grande difficulté depuis plusieurs années et avait du mal à renouer avec la rentabilité. Coralis fusionnera donc dans un premier temps avec Agrial en 2014 et avec Eurial en 2015. En effet, une première étape de rapprochement des activités laitières dans la zone du Grand-Ouest avait été matérialisée par l'union, en janvier dernier, de la coopérative Agrial et du groupe Eurial, afin de créer une entité sous le nom d'Eurial. L'objectif était de trouver de nouveaux débouchés à l'international afin de répondre à la demande des producteurs, qui, à la fin des quotas en 2015, souhaitent augmenter leur production de 15%.

Solide organisation régionale

« Désormais nous allons réfléchir à trois », explique Jean-Yves Rissel. Ainsi, ce regroupement doit permettre de créer un pôle laitier offrant des garanties sur les volumes de la collecte laitière des adhérents de Coralis et sur les niveaux de prix du lait.

Par ailleurs, ce nouvel ensemble permettra de construire une solide organisation coopérative régionale, ancrée principalement dans l'activité laitière, mais aussi autour des productions végétales et animales de la région. Coralis, qui collecte moins de 300 millions de litres de lait par an, compte accroître sa production de 30 millions de litres. Ce surplus sera à destination de l'international, une activité qui sera gérée par Eurial. « Nous ne travaillions pas du tout à l'étranger, explique Jean-Yves Rissel. Nos produits, pour l'essentiel du lait de consommation UHT sous la marque Orlait, n'offraient pas de valeur ajoutée. Pour le reste de notre collecte, nous travaillions sous contrat avec des groupes industriels ou d'autres coopératives. » Ainsi, Coralis se voit offrir de belles perspectives encourageantes.

  • Coralis 350 M € de CA en 2012
  • Agrial 3,6 Mrds € de CA en 2012
  • Eurial 900 M € de CA en 2012

Source : Coralis

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2290

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA