[Coronavirus] 75% des commandes sont désormais livrées avec un délai supérieur à 5 jours

|

Semaine 2 de confinement: Amazon perd du terrain, le boom du Drive s’estompe et les jeux vidéo et les livraisons tardent. Tels sont, notamment, les conclusions du baromètre hebdomadaire de Foxintelligence.  

Le marché des nouveaux loisirs toujours en plein boom
Le marché des nouveaux loisirs toujours en plein boom© 123rf

«On le pensait en plein boom, le e-commerce non-alimentaire stagne, tiré, une fois n’est pas coutume, par la sous-performance de Amazon », écrit Foxintelligence pour la publication de son baromètre hebdomadaire du e-commerce, basé sur un panel de consommateurs en Europe. Amazon était le grand gagnant de la première semaine de confinement (+5 points de parts de marché) il est désormais le grand perdant de cette deuxième semaine. Le géant de l’e-commerce marque le pas, perdant même du terrain par rapport à sa position d’avant le confinement.

Les deux autres faits marquants sont l’allongement massif des délais de livraison et la disparition des livraisons en point relais. 75% des commandes sont désormais livrés avec un délai supérieur à 5 jours (x3 le volume habituel) et quasiment aucune d’entre elles ne fait appel aux différents réseaux de points-relais. Ces deux phénomènes poussent des enseignes de commerce non-alimentaire, comme Leroy Merlin, à miser désormais sur la réouverture des drives où les clients viennent eux-mêmes chercher leur commande en voiture.

Normalisation sur le marché de l’alimentaire

Paniqués par l’éventualité d’une pénurie, les Français s’étaient rués sur le e-commerce alimentaire en semaine #1 du confinement ; ils reviennent à la normale en semaine #2. Le marché reste tout de même en augmentation de près de 50% par rapport à son niveau pré-crise (au même niveau en Ile-de-France).

Là aussi les délais de livraison s’allongent très fortement : d’abord sur le drive où cet allongement spectaculaire pénalise fortement Carrefour au profit de Leclerc ; Carrefour qui perd aussi pied en Ile-de-France sur le marché de la livraison à domicile, cette fois au profit du service de livraison Prime Now de Amazon.

Le marché de la livraison de repas qui avait été fortement impacté en semaine (-50%) se stabilise, notamment tiré par les hommes.

Le marché des nouveaux loisirs toujours en plein boom

Les jeux vidéos marquent une forte progression, surtout chez la génération X (40-60 ans) qui tire le segment marché des casual gamers (ces nouveaux gamers occasionnels) et qui profite à Nintendo. Malgré de taux de pénétration déjà élevés, les abonnements Netflix grimpent encore de 76% par rapport à leur niveau pré-confinement.

Pour Edouard Nattée, CEO de Foxintelligence : « La grande question de cette deuxième semaine était de savoir si le e-commerce, qui est le seul commerce possible en ce moment, allait résister. Face aux tensions accrues qui existent sur les chaines logistiques, on observe deux phénomènes. D’abord, les acteurs les moins armés d’un point de vue logistique souffrent, notamment ceux qui reposaient sur les livraisons en points relais. Ensuite les spécialistes des loisirs « qualitatifs » comme la Fnac et Apple tirent leur épingle du jeu, tout comme les fournisseurs de contenu dématérialisés (jeux video et streaming). Il sera intéressant de voir comment la consommation des Français va évoluer en semaine #3, contrainte à la fois par l’offre disponible et par l’épuisement potentiel des options d’achat et de divertissement. »

Méthodologie

Foxintelligence a étudié les ventes effectuées en ligne en France, au cours des semaines du 2 au 8 mars (semaine de référence) et des semaines suivantes. Les variations sont calculées en prenant comme indice 1.0 la semaine du 2 au 8 mars et en la comparant aux ventes réalisées la semaine passée. Sauf mention contraire, les indices sont basés sur le chiffre d’affaires des différents acteurs (sauf alimentaire, en nombre de commandes), sur la base de notre panel de 500,000 consommateurs digitaux en Europe. Les analyses comprennent la totalité des acteurs majeurs des différents secteurs et en particulier Amazon sur le e-commerce alimentaire et non-alimentaire, ainsi que toutes les ventes réalisées sur des places de marché par des vendeurs tiers (ex. plus de 50% du chiffre d’affaires d’Amazon, Mano Mano etc.).

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message