[Coronavirus] Bruno Peyroles (Bureau Vallée) : "Les trois quarts de nos magasins sont ouverts"

|

DossierINTERVIEW L'enseigne de papeterie et articles de bureau, activité non concernée par la fermeture obligatoire des magasins non alimentaires, a mis en place différents dispositifs pour garantir la sécurité de ses franchisés et collaborateurs tout en continuant à servir ses clients, notamment les professionnels. 

Bruno Peyroles, fondateur et président de Bureau Vallée, revient sur les dispositifs mis en place par son réseau pour continuer à servir ses clients, notamment les professionnels.
Bruno Peyroles, fondateur et président de Bureau Vallée, revient sur les dispositifs mis en place par son réseau pour continuer à servir ses clients, notamment les professionnels.© V.Y. / LSA

La rédaction vous conseille

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Non touchée par la fermeture obligatoire des commerces non essentiels, Bureau Vallée a rapidement dû s'adapter à la nouvelle situation pour aider ses franchisés à continuer à servir leurs clients : arrêt du libre-service, adaptation des horaires d'ouverture, click & collect... Bruno Peyroles, fondateur et président de l'enseigne, a répondu à nos questions.

LSA - Contrairement à nombre de distributeurs non alimentaires contraints à la fermeture, Bureau Vallée a pu continuer à fonctionner. Comment gérez-vous cette situation inédite ?

Bruno Peyroles - Pour résumer avec une image, nous avons tous sauté en vol plané dans un grand vide. Mais, en battant des bras, nous nous sommes rendus compte que des ailes nous poussaient et que nous pouvions voler... Lorsque nous avons appris la mise en confinement quasi-totale de l'Espagne mais avec dérogation pour les commerces spécialisés dans les fournitures de bureau, nous avons pris contact avec le ministère de l'économie pour qu'une dérogation de ce type puisse être également possible en France. Notre demande a été entendue puisque le décret du 15 mars précisait, dans la liste des commerces autorisés à ouvrir, les papeteries et distributeurs de matériel informatique et de bureau. 

En fin de semaine dernière, les trois quarts de nos 270 magasins français étaient ouverts. C'est un chiffre à souligner car notre réseau est majoritairement constitué de franchisés. Etre volontaires et actifs pour ouvrir les magasins, c'est aussi prendre part à l'effort et la solidarité nationale.

LSA - Comment les magasins se sont-ils organisés ?

B. P. - Nous avons conseillé à nos franchisés d'adopter de nouvelles mesures de sécurité, par exemple en mettant un comptoir à l'entrée des magasins. La fréquentation réduite permet de bloquer l'entrée dans le magasin et le libre service : nos équipes prennent la commande du client, vont chercher les produits dans le magasin et les apportent au comptoir, régulièrement désinfecté. 

Chaque franchisé étant libre de ses horaires, certains ont aménagé ou raccourci leurs heures d'ouverture. Le click & collect, marginal chez Bureau Vallée, explose : entre jeudi et vendredi, les commandes en click & collect ont été multipliées par quatre ! Pour la livraison à domicile, nous donnons la priorité aux pharmacies et médecins... et c'est alors souvent le franchisé qui prend lui-même sa voiture pour livrer les produits. 

LSA - Existe-t-il un risque de rupture ?

B. P. - La semaine dernière, notre activité a baissé de trois quarts. Les articles que nous vendons sont vraiment de première nécessité pour les travailleurs, sur le terrain ou à la maison. Nous vendons essentiellement des cartouches d'encre, des ramettes de papier reprographique, parfois une imprimante et, plus rarement, des blocs et des instruments d'écriture. 

Pour le moment, la majorité des clients découvrent que nos magasins sont ouverts et notre activité est très ralentie. Jusqu'à présent, nous n'avons pas de problèmes d'approvisionnement même si nous craignons pour la chaîne logistique au cours des prochaines semaines. Nous avons également quelques craintes concernant les produits saisonniers fabriqués en Chine, notamment la maroquinerie, mais pas sur les fournitures courantes, comme les cahiers et produits d'écriture souvent produits en France ou en Europe. Pour la prochaine rentrée des classes, les enfants et parents ne manqueront pas de fournitures scolaires !

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise