[Coronavirus] « Cette crise changera diamétralement la façon de consommer » Alexis Vaillant (Alterfood)

|

Alexis Vaillant a fondé Alterfood en 2009. Une PME qui produit et distribue des boissons sous les marques Infusion, Tensaï, Marcel Bio, Hugo le Maraîcher et des produits d’épicerie alternatifs, bio pour la plupart. Comment vit-elle cette crise d’un caractère inédit ? Alexis Vaillant répond aux questions de LSA.

Alexis Vaillant, fondateur et dirigeant d'Alterfood.
Alexis Vaillant, fondateur et dirigeant d'Alterfood.

 LSA : Que représente cette crise du Covid-19 pour une PME comme Alterfood ?

 Alexis Vaillant : Nous sommes très mobilisés et je suis au téléphone jour et nuit pour rassurer l’intégralité de notre chaîne. Nous nous sommes résolus à mettre une partie de notre équipe au chômage technique. Nous nous sommes engagés à payer la différence de ce qu’ils percevront comme allocations chômage. Nous opérons également un gel des prélèvements pour nos clients du CHR qui représentent 30% de notre activité. Tout ceci est difficile financièrement. J’ai la chance de pouvoir compter sur des partenaires financiers solides. Nous pourrons tenir plus d’un mois à condition de pouvoir continuer à livrer nos clients.

 LSA : Craignez-vous une pénurie de certaines matières premières ?

 A V : Nous disposons d’un mois de stock. Nous avons suffisamment de fruits pour nos jus. Nous risquons cependant de manquer de légumes pour nos soupes. Nous nous tournerons alors vers nos fournisseurs.

LSA : Les prix pourraient-ils augmenter ?

 A V : Nous ne les augmenterons en aucun cas même si nos frais logistiques pourraient s’envoler s’il y avait une pénurie de chauffeurs, pour raison de santé ou parce qu’ils exerceraient leur droit de rester chez eux. Cependant, il y a en ce moment un vrai élan de solidarité entre tous, notamment entre PME. S’agissant des prix de vente, je dis à mes commerciaux de proposer des promotions à nos clients de la distribution. Cela serait très mal venu de profiter de cette crise comme d’un effet d’aubaine ! Avec les réseaux sociaux, cela se saurait très vite. Je pense même qu’une bonne enseigne devrait réduire ses prix.

LSA : Pensez-vous que cette épidémie va changer certaines habitudes de consommation ?

 A V : Cette crise devrait diamétralement changer la manière de consommer. Elle sera un accélérateur des tendances en cours : le bio, le sain, le local s’agissant des produits et le digital pour le circuit de distribution. Les consommateurs vont s’habituer à réutiliser ce qui peut l’être, à ne pas gaspiller ce qu’ils ont acheté, ce qui était déjà dans l’air du temps. Regardez aussi le ciel au-dessus de la Chine et de l’Italie. Ils sont de moins en moins pollués. La Terre respire et la crise amènera les gens à repenser leur manière de vivre et confirmera leur volonté de consommer des produits locaux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message