[Coronavirus] Dérogations au code du travail : les syndicats se veulent vigilants

|

LÉGISLATION - LOIS Après les annonces de ce mercredi 25 mars quant aux dérogations provisoires du code du travail pour permettre notamment de passer à 60h de travail hebdomadaire maximum, contre 48h aujourd'hui, les syndicats de la grande distribution réagissent. 

A crise exceptionnelle, mesures exceptionnelles?
A crise exceptionnelle, mesures exceptionnelles?© Tomas Anderson / 123rf.com

Soixante heures par semaine, assouplissement du travail dominical, abaissement de la durée du repos compensateur… Le gouvernement entend déroger aux règles du code du travail, « pour une durée limitée et dans des secteurs limités », afin de faire face à la crise. Les syndicats réagissent.

La réaction de Carole Desiano, secrétaire fédérale de FGTA-FO :

« Pour l’heure, nous ne disposons que des grandes lignes directrices et il nous faut évidemment attendre de voir ce qu’il y aura dans les ordonnances et décrets d’application, concrètement. La directive que nous avons, de notre côté, est de ne justement rien signer tant que nous n’avons pas les éléments concrets en main. Notre position est également de faire en sorte que tout passe par des accords de branches pour conserver une certaine justice sociale et éviter les disparités de fonctionnement suivant que l’on soit dans un groupe succursaliste ou un franchisé. Enfin, troisième élément que nous voulons mettre en avant : nous ne sommes déjà pas les derniers de la classe en matière de libéralisation du travail, qu’il s’agisse des ouvertures le dimanche ou des amplitudes horaires par exemple. Il serait ainsi assez malvenu de charger encore une fois la mule de tous ces salariés qui, déjà, sont fortement mobilisés en cette période de crise. Et, enfin, quatrième point, nous portons une attention toute particulière à la durée de ces dérogations. C’est un point d’interrogation majeur qu’il nous faut rapidement clarifier. »

 

La réaction de Fabien Guimbretière, secrétaire national à la FGA-CFDT :

« C’est tout récent encore, cela date de ce matin, donc il faut bien prendre le temps d’avoir tout en main pour tout comprendre. Mais cet allongement de la durée de travail à 60h par semaine, décrété pour des secteurs d’activité entiers, nous considérons que ce n’est pas la meilleure solution. A nos yeux, cela doit être vu entreprise par entreprise, au cas par cas car toutes les situations sont différentes, et en liaison avec les organisations représentatives du personnel. De plus, il convient de particulièrement bien accompagner ces mesures, dans le sens où 60h, ce n’est pas rien. Il faut bien prendre garde aux effets pervers potentiels. Je pense à la fatigue engendrée, aux risques d’accidents de travail, aux éventuels arrêts de travail de personnes qui n’en pourraient plus. Il faut vraiment prendre en compte ces considérations. Enfin, nous considérons que ces mesures doivent répondre à une situation exceptionnelle, et si nous ne prêtons pas au gouvernement de mauvaises intentions en la matière, il va de soi que nous serons vigilants en sortie de crise. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter