[Coronavirus] Fleury-Michon prêt à augmenter ses cadences de production

|

L’entreprise vendéenne spécialisée dans la fabrication de plats cuisinés, de produits de charcuterie et de Surimi réalise également une partie de son activité dans le domaine de la livraison de repas à domicile et le catering aérien. Le point sur sa situation et la façon dont elle adapte son outil de production dans ce contexte de crise

Billy Salha, directeur général du groupe Fleury-Michon

Frappée par l’épidémie de peste porcine africaine qui a provoqué une forte hausse du coût des matières premières depuis près d’un an, Fleury-Michon pourrait cette fois  être durement touché par la crise sanitaire liée au Coronavirus. Avec le confinement imposé par le gouvernement, son pôle services (44,7M€ pour l’exercice 2019) dirigé par Olivier Dias-Marques et qui rassemble les activités de Room Saveurs, Good-Morning et Esprit Frais devrait en effet être  pénalisé par la baisse d’activité de la  livraison de plateaux repas en entreprise et de la moindre fréquentation des magasins de proximité pour la pause déjeuner.

Des activités exposées

Avec la baisse du trafic aérien, la restauration à bord des avions (catering) est une autre activité exposée à la crise. Fin 2019, Fleury-Michon, dans la cadre de sa stratégie de  diversification, a justement pris le contrôle du néerlandais Marfo Food Group BV, numéro deux du catering aérien en Europe.

Des commandes en augmentation

Dans ce contexte, l’entreprise qui publiera le 7 avril prochain ses résultats financiers pour l’exercice 2019 et a déjà anticipé une perte de 25 à 30 M€, consolide l’organisation de ses outils pour répondre à la demande des consommateurs en GMS. Tous les sites de production de l’entreprise fonctionnent. Le pôle GMS dirigé par Jean-François Fournier (610,2 € M€ de CA ), enregistre une hausse des livraisons des produits de charcuterie et de plats cuisinés auprès des distributeurs de 20 à 30%, selon le groupe. Pour adapter son outil de production à cette hausse, les collaborateurs du site de Montifaut traiteur dédié au catering aérien ont été réaffectés sur d’autres sites de production. Les plages de production ont, par ailleurs, été étendues avec des sites qui peuvent tourner 6 jours au lieu de 5. « Si la demande ou le taux d’abstentéisme venaient à augmenter, nous aurions la possibilité d’étendre encore la cadence de la production avec un système de prêt de salariés », assure Fleury-Michon.

En termes d’approvisionnement, l’entreprise à la date du 17 mars 2020 ne constate pas de problème d’approvisionnements et d’achats. « En se basant sur le rythme actuel des consommations, nous disposons, à date, de stocks de deux semaines de porc, 4 semaines pour la volaille », précise Fleury-Michon. 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres