Marchés

[Coronavirus] Forte poussée des ventes alimentaires notamment dans la région parisienne

|

Nielsen vient de publier un bilan des ventes de PGC et de produits frais LS pour la semaine du 24 février au 1er mars qui traduit une poussée spectaculaire des ventes en GMS de +6,2% en valeur, et +5,4% en volume : une de leurs meilleures semaines des dernières années selon le panéliste.

Courbes des meilleures ventes du 24 février au 1er mars
Courbes des meilleures ventes du 24 février au 1er mars© Nielsen

Semaine spectaculaire pour la distribution alimentaire indique Nielsen dans une étude que LSA publie ici en intégralité : avec une progression des ventes de +6,2% en valeur, et de +5,4% en volume, les produits de grande consommation ont connu l’une de leurs meilleures semaines des dernières années.

 

 

DES VENTES INHABITUELLES, EXACERBÉES LORS DU WEEK-END DES 29/02 ET 01/03

Rayon par rayon, de fortes progressions sur cette semaine :

  • Épicerie Salée à +18.3% : Riz à +50, Pâtes à +45%, Conserves de légumes ou de poissons à +23%, Aliments pour animaux à +10% ;
  • Surgelés Salés à +8% : Poissons surgelés à +18%, Légumes à +16%, Viandes à +11% ;
  • Crèmerie à +7.9%, dont Fromages à pâte pressée à +16%, Lait longue conservation à +15%, et Oeufs à +11% ;
  • Epicerie sucrée à +7,7% : Pâte à tartiner à +27%, Sucre à +21%, Café à +14%, Panification à +13%, Confiture +11%, Chocolat en tablettes à +7% ;
  • Papier à +6.9% : Couches à + 17%, Mouchoirs à +10%, Essuie-tout à +8%, Lingettes à +41% ;
  • Hygiène-Beauté à +3.8% : Savons à +39%, Premiers soins (dont Gels désinfectants pour les mains +117%, Dentifrices +9% ;
  • Entretien : -2.7% mais Liquide vaisselles mains à +11% et Gants de ménage à +60% ;
  • Boissons sans alcool : -0.6%, mais Eaux plates à +5.6%.

Le dernier week-end a même vu la tendance s’accélérer. Emmanuel Fournet, Directeur Analytique chez Nielsen précise : “le samedi 29 février, avec 460 millions d’euros, est en progression de 7,8% par rapport à l’an passé, et le dimanche 1er mars a lui aussi battu des records de progression, avec un chiffre d’affaires en hausse de 21%”

DES ACCÉLÉRATIONS SUCCESSIVES SELON LES CATÉGORIES

Dans le détail, les catégories les plus prisées par les consommateurs lors de cette séquence atypique ont vu les premiers signes de stockage apparaître dès le 23 février, notamment pour le riz et les pâtes. Les ventes de lait ont également connu un net rebond depuis cette date, renversant la tendance négative des derniers mois.

Pour les mouchoirs ou a fortiori pour les eaux plates, l’effet stockage a été visible avec quelques jours de décalage ; pour ces dernières, les ventes ont vraiment progressé à partir du 28 février. La catégorie “premiers soins”, incluant les gels désinfectants pour les mains, a vu sa croissance augmenter de manière exponentielle jour après jour, jusqu’au vendredi 28 (+187%), avant de ralentir lors du week-end… tout en restant à un rythme de progression très élevé.

 

UNE PROGRESSION TROIS FOIS PLUS FORTE POUR LE E-COMMERCE 

Si l’ensemble des circuits a bénéficié de la frénésie d’achats des consommateurs, les achats online sont ceux qui ont le plus progressé. Les magasins physiques ont connu une semaine très positive à +5.8%, tout particulièrement les supermarchés et les points de vente de proximité situés en ville (+8%). 

Le e-commerce a été encore plus dynamique que les magasins physiques, comme observé en Italie dès la semaine précédente (du 17 au 23 février). Une partie des ménages a davantage eu recours aux commandes online afin d’éviter les grandes surfaces et la promiscuité avec les autres consommateurs. Ainsi la hausse des ventes de grande consommation a atteint +15.6% en e-commerce (Drive + livraison à domicile) sur la dernière semaine.

Le drive y a vu sa progression largement accélérée (13% de ventes en plus que l’an passé, et 26% de plus que la semaine précédente !), mais c’est la livraison à domicile (pure players et grande distribution) qui détient la meilleure progression cette semaine, avec près de 74% de hausse.

+15% AUTOUR DE PARIS : SUR-RÉACTION DES CONSOMMATEURS FRANCILIENS 

Un coup d’oeil à la carte de France révèle une forte hétérogénéité en termes de taux de progression des ventes… et sans aucun doute en termes de réaction des consommateurs. Si dans certains départements, le chiffre d’affaires de la grande consommation n’a connu aucun soubresaut, dans d’autres la ruée des consommateurs en magasins a été telle que les ventes ont progressé de plus de 20%.

C’est le cas dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines, qui à l’instar de tous les département franciliens, se retrouvent dans le top 10 des plus fortes progressions. Les magasins autour de Creil, l’un des “clusters”, ont comme attendu vu leur chiffre d’affaires progresser nettement (+11% au total, et +103% sur les pâtes) mais ils sont loin d’être les seuls !  

Les ventes en Île-de-France ont ainsi progressé de +15.5% sur une seule semaine, un score considérable pour l’ensemble des produits de grande consommation, avec des hausses atteignant +136% sur les premiers soins (incluant les gels désinfectants pour les maines), +111% sur les légumes secs ou encore près de 90% sur le riz et les pâtes. Les Franciliens ont particulièrement accentué leur recours au drive, avec une hausse de +45%.

Emmanuel Fournet conclut : “la grande consommation étant très résiliente, peu de phénomènes externes ont un tel impact sur le niveau de ventes de cet univers. Les Gilets Jaunes ont eu un effet considérable en 2018, le Covid-19 pourrait en être un autre exemple cette année, reste à voir si nous constaterons une poursuite de ces tendances dans les prochaines semaines à l’échelle nationale.”

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter