[Coronavirus] Gaëlle de la Fosse (Celio): "Seuls six de nos magasins, sur 1400 dans le monde, sont ouverts"

|

Dossier Gaëlle de la Fosse, présidente de l'enseigne de mode Celio, revient pour LSA sur la gestion de la crise depuis la fermetures des magasins, le 15 mars 2020.

Gaëlle de la Fosse est la présidente de Celio.
Gaëlle de la Fosse est la présidente de Celio.

LSA – Comment gérez-vous la crise chez Celio ?

Gaëlle de la Fosse - Nous avons seulement 6 magasins ouverts, en Afrique notamment, sur les 1400 que nous avons dans le monde. Toutes nos 494 boutiques en France sont fermées et si nous avons maintenu notre site d’e-commerce, dont les ventes représentent environ 5% de notre chiffre d’affaires, cela ne compense évidemment pas. Les dix premiers jours du confinement, le ventes ont d’ailleurs été faibles, nos clients ayant la tête ailleurs qu’à la consommation. Depuis deux semaines, c’est bien mieux en revanche, avec une belle reprise. Nous sommes aujourd’hui sur des tendances de +100% à +150%, par rapport à l’année dernière. Pour le reste, nous avons bien anticipé les mesures de fermetures et de confinement en mettant en place une cellule de crise dès la semaine précédant les annonces du 14 mars et en donnant un grand coup d’accélérateur pour organiser les shootings produits ou retravailler certains prototypes.

LSA – Quelle organisation avez-vous adoptée ?

G.de la F. - Un tiers des collaborateurs au siège reste en activité, en télétravail, afin d’organiser la gestion de crise et de préparer la reprise. Nous sommes tout sauf passifs face aux événements. Nous nous réunissons en Comex général tous les mardis matin, et organisons des Comex exceptionnels de 30 minutes tous les deux jours, pour être parfaitement réactifs. De même, nous faisons des points, deux fois par semaine, avec l’ensemble du top 50 élargi de l’entreprise, pour faire circuler au mieux les informations essentielles. Enfin, nous utilisons Workplace, l’outil professionnel de Facebook, pour l’ensemble des collaborateurs, afin de mettre en place des groupes d’échanges. Quant à moi, je réalise une vidéo tous les 8 à 10 jours, thématique et sous forme de questions-réponses, pour maintenir le lien avec les équipes, expliquer ce que nous faisons et comment nous le faisons : Quelle communication vis-à-vis de nos clients ? Quelle stratégie sur les réseaux sociaux ? Quel impact de la crise sur le trafic ? etc. Veiller à maintenir ce lien est à mes yeux primordial.

LSA – Comment anticipez-vous la reprise ?

G.de la F. – Nous avons maintenant cette date du 11 mai en tête. Elle reste conditionnelle mais permet de mieux concrétiser les choses. Nous nous organisons pour être prêts le jour J mais, pour autant, il reste compliqué de se projeter dans l’après. Je ne crois pas à un effet rebond immédiat. Je pense plutôt que la reprise sera lente et difficile, avec un mois de mai qui sera encore largement plombé pour ce qui est du chiffre d’affaires, avec peut-être encore un -75% par rapport à un mois de mai normal, et des mois suivants qui pourraient s’afficher eux aussi en retrait. Dans ce contexte, je suis favorable à un report des soldes d’une semaine, pour les faire débuter au 1er juillet 2020, afin d’avoir plus de temps pour écouler nos stocks. Surtout, je rejoins les combats menés par les distributeurs pour trouver un accord sur les loyers, qui représentent le premier ou deuxième coût fixe dans le commerce. De la même façon que nous sommes solidaires avec nos fournisseurs, car nous savons que nous aurons besoin d’eux pour la reprise, nous attendrions un geste de solidarité de la part des bailleurs. Ce qui me choque, à bien des égards, c’est l’absence de dialogue. En vérité, ce débat sur les loyers n’aurait même pas dû être un sujet… Mais cela ne nous empêche pas d’œuvrer pour l’après, de notre côté, avec une crise qui, sans doute, va accélérer bien des choses dans le retail, avec un pouvoir accru pour la digitalisation et de nouvelles habitudes de consommation qui vont peut-être se faire jour. Nous serons prêts pour y faire face. Nous faisons tout pour.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations