[Coronavirus] Idée n°1: "La grande distribution doit aussi s'approvisionner sur les marchés de gros"

|

Dossier Les industriels et les distributeurs sont confrontés pour la première fois à une telle gestion de crise. Pour combattre la pandémie, il est urgent que tout le monde travaille ensemble et partage ses bonnes pratiques. C’est pourquoi le site LSA.fr propose de recueillir toutes les bonnes idées et de les publier. Ici, la première contribution de Philippe Goetzmann, président et fondateur de Philippe Goetzmann &. Vous pouvez nous envoyer vos propositions directement à cette adresse : ypuget@lsa.fr  

coronavirus
coronavirus© 123rf

Nous y sommes, la vie commerciale est arrêtée sauf les pharmacies et les magasins d'alimentation. On a vu ces derniers jours les Français se ruer en magasin faire des stocks. Réaction excessive qui désorganise une filière parfaitement à même de faire front. Tous les dirigeants le répètent: il n'y a pas de pénurie en vue et donc de besoin de rationner. Les magasins qui ont affiché des contraintes de volume l'ont fait non car ils manquent d'approvisionnement mais parce qu'ils ont été dévalisés inutilement.

Cette volonté de stockage a aussi une légitimité: la fermeture des restaurants et de la restauration collective, va retourner vers le retail les repas qui étaient pris ailleurs.

Exemple: Si je suis une famille de 4 à Paris qui fait un resto par semaine, je fais donc 8 repas à la maison et 6 en extérieur. Les décisions de samedi font donc +75% de repas pour le retail!

Les distributeurs et leurs fournisseurs pourront faire face. Il y a du stock et des capacités de production.

En revanche, pour ceux qui servent cette restauration c'est une catastrophe. Metro, Pomona, ou notre Marché d'Intérêt National (qui n'a jamais mieux porté son nom) de Rungis voient la majorité de leurs débouchés fermés. Et c'est la même chose pour leurs fournisseurs qui sont souvent différents de ceux des GSA ou quand ils sont identiques ne livrent pas les mêmes produits.

Une crise d'une telle ampleur appelle la solidarité. Ceux qui en sortiront grandis sont ceux qui auront le mieux servi leurs clients et respecté l'esprit de responsabilité qui doit prévaloir.

Pour maintenir l'emploi, garantir les débouchés de la production agricole, faire tenir les filières mais aussi sécuriser les volumes mangés par les Français et éviter le gaspillage de produits frais, il serait bon que la grande distribution s'approvisionne aussi sur ces marchés de gros.

Là il y a un défi de référencement pour les parties-prenantes et parfois un défi réglementaire. Mais rien d'important au regard des enjeux.

On parle de plus en plus de "raison d'être" dans la filière agroalimentaire et dans le retail. Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour. C'est le moment.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres