[Coronavirus] Idée n°7 : Favoriser et organiser le prêt de salariés

|

Dossier Les industriels et les distributeurs sont confrontés pour la première fois à une telle gestion de crise. Pour combattre la pandémie, il est urgent que tout le monde travaille ensemble et partage ses bonnes pratiques. C’est pourquoi le site LSA.fr propose de recueillir toutes les bonnes idées et de les publier. Ici, une nouvelle idée de Philippe Goetzmann, président et fondateur de Philippe Goetzmann &. Vous pouvez nous envoyer vos propositions directement à cette adresse : ypuget@lsa.fr

coronavirus
coronavirus© 123rf

La rédaction vous conseille

Notre pays vit une situation inédite, la moitié du commerce est fermée et l'autre en surchauffe. Le commerce alimentaire doit faire face à une demande surabondante liée à la fermeture de la restauration et des cantines. Il manque par ailleurs de bras. La charge de travail n'était évidemment pas anticipée et les défections dans les équipes sont nombreuses et légitimes: La distance domicile travail et la garde des enfants à la maison sont des raisons incontestables.

Nous voici donc dans la situation délirante d'avoir une part des employés du commerce en chômage technique et de facto des milliers d'emplois non pourvus. Et par dessus le marché, des tombereaux d'argent public (qu'on n'a d'ailleurs pas) pour colmater les brèches.

Et si la profession et les autorités organisaient à grande échelle le prêt de personnel? Des accords entre entreprises permettant la préservation des salaires et couvertures des salariés travaillant dans des fonctions similaires chez un confrère. Sûr que l'efficacité (et la sécurité) de collaborateurs de Leroy-Merlin chez Auchan ou d'Ikea chez Carrefour sera bien meilleure et plus rapide à mettre en oeuvre que le passage par la case recrutement. 

Et au passage chacun aura appris de l'autre et sortira plus fort encore de la crise.

Philippe Goetzmann, président et fondateur de Philippe Goetzmann &.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter